L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelques pas au crépuscule [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monsieur
Encore à la campagne
Encore à la campagne
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 37

Feuille de personnage
Âge du personnage: 31 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Quelques pas au crépuscule [Libre]   Mer 21 Déc - 19:54

Dire que Philippe était un peu tendu ces derniers temps était un euphémisme, on aurait dit la corde d'un arc, d'ailleurs il avait d'excellentes raisons d'être dans cet état. La première, et non des moindres, était son prochain mariage avec la Princesse Palatine. Un proverbe dit "Chat échaudé craint l'eau froide" et le prince trouvait que cela lui allait comme un gant. Son union avec la première Madame avait été un véritable fiasco. Au début pourtant, Philippe avait eu la naïveté de croire que Henriette et lui auraient pu vivre en bonne amitié, mais il n'en était rien. Comment voulez-vous qu'il soit ami avec une femme qui le trompait avec son propre frère, non c'était impossible. Et encore, s'il n'y avait eu que Louis... nombreux étaient les amants qu'avait eu Henriette. Notamment le Comte de Guiche, son propre favori de l'époque, Monsieur en avait été attristé. A dire vrai, il s'était bien plus senti trahi par Armand de Grammont que par son épouse. Philippe n'était pas non plus un modèle de vertu et de fidélité, il le savait bien, il vivait entouré de mignons, il n'avait d'amour que pour le Chevalier de Lorraine, mais jamais il n'aurait trompé Henriette avec Charles, son frère. Le frère de Louis XIV leva les yeux pour regarder le ciel. Il devait interrompre le fil de ses pensées, ce n'était pas délicat de sa part ni très élégant de penser à sa défunte épouse en ces termes. Il adressa donc un "pardon" muet en direction des cieux et reparti dans la contemplation d'un oranger dont l'odeur lui chatouillait délicieusement les narines. Le prince ne pouvait s'empêcher d'espérer que sa nouvelle femme sera un peu plus... amicale avec lui.

De toute manière, il y a une chose avec laquelle Monsieur sera intraitable, jamais il ne se séparera de son Chevalier. Ce dernier sera de retour incessamment sous peu, le Roi le lui avait promis il y a quelques jours et depuis, Philippe ne tenait plus en place, même ses mignons n'arrivaient plus à... contenir sa fougue. Que voulez-vous, lorsque l'homme que vous aimez plus que votre propre vie reviens vers vous après un exil interminable il y a de quoi être fébrile. C'est là la deuxième raison de son état un tantinet survolté.

Au centre de ses préoccupations, il y a aussi cette histoire de poison, il n'a pas entendu beaucoup de détails à ce propos, Louis ne lui en parle pas et le peu qu'il ait pu surprendre comme conversation est loin de rassasier sa curiosité, mais il ne peut s'empêcher d'être inquiet pour la vie de son frère. Que deviendrait-il si Louis lui était enlevé ? Non, il ne voulait pas y penser. Louis ne pouvait pas mourir, il était le Roi.

Le soleil déclinait doucement, il lui restait encore une heure ou deux avant de se rendre aux soirées d'appartement si prisées ces temps-ci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quelques pas au crépuscule [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une magicienne ce doit d'être présentable ,quelques achats s'imposent ;) [RP Libre]
» Des manières quelques peu cavalières. [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Le château de Versailles: les extérieurs :: L'orangerie-
Sauter vers: