L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une Dame au laboratoire (PV : Dame Noire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 42
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Une Dame au laboratoire (PV : Dame Noire)   Jeu 21 Jan - 7:50

L'abbé Guibourg avait beau ne pas séjourner chez sa maîtresse en raison des circonstances, il n'en fréquentait pas moins assiduement son laboratoire secret des sous-sols de la maison. Les commandes en cours ne souffraient pas de délai, et les préparations pouvaient être longues et délicates. Cette nuit-là, une nuit sans lune, il quitta St-Denis très tard pour se rendre à Paris avec une voiture à chevaux noirs frappée des armes de monsieur de Montgomery - fantaisie qu'il s'était offerte grâce à une connivence avec le palefrenier de ce dernier. Outre la préparation qu'il devait faire pour la noble dame venue le trouver pour des affaires de coeur, il avait un rendez-vous particulier. Ce soir, il rencontrerait la mystérieuse Dame Noire, dont le nom était fameux parmi les empoisonneurs et sorciers de la capitale. Nul ne connaissait sa véritable identité, et l'abbé était impatient de rencontrer en privé celle qu'il n'avait croisée que brièvement à l'occasion de réunions ou de cérémonies secrètes...

Cette fois, la voiture le déposa sur les quais et il fit le reste du chemin à pied. Il entra sans bruit dans le couloir de la vieille bâtisse, et gagna la cave. Une chandelle à la main, il dégagea l'entrée secrète de son laboratoire et s'y défit de son manteau et de son chapeau. Puis il posa sur la table la fiole contenant le sang tiré de sa noble cliente et se mit au travail. C'était l'une de ces antiques caves aux voûtes gothiques qui dormaient dans le ventre de Paris ; les nervures des croisées d'ogives retombaient au centre sur une colonne massive, dont le chapiteau s'ornait de sculptures d'un temps où l'on effrayait le peuple à travers des représentations cauchemardesques d'un au-delà menaçant. La pièce fraîche et sombre était toute entière pourvue d'étagères sur lesquelles s'étalaient flacons et pots contenant tout ce l'on pouvait souhaiter pour les mixtures les plus diverses : poudres, plantes séchées, substances animales, quelques coûteux fragments de mummie... Sur l'un des côtés s'ouvrait un petit four, semblable à un four à pain, avec sa réserve de bois. Il prit un petit pot de terre et y fit couler le sang de sa cliente, y ajouta deux couillons de lièvre et le foie d'une colombe, qu'il s'était procurés auprès d'un braconnier des environs de St-Denis. Il écrasa et mélangea le tout, et enfin plaça le pot refermé dans le four, où couvaient encore les braises du foyer allumé tôt le matin.


* Voilà qui est fait, si notre homme savait ce que l'on se prépare à lui faire ingurgiter, il serait sans doute horrifié ! , pensa-t-il en riant malicieusement. La poudre à trépasser pour ces deux messieurs du Parlement, à présent... Diablesses d'épouses, elles ont toutes en tête de devenir veuves ces temps-ci ! Un mari avisé tiendrait sa femme enfermée !*

Il prit quelques flacons et commença le méticuleux travail d'élaboration desdites poudres. La poudre à trépasser était des plus délicates, et il fallait en varier les recettes afin de ne pas éveiller de soupçons. Toujours brouiller les pistes, tout en ayant l'intérêt de s'essayer à de nouveaux mélanges. Godin de Ste-Croix lui avait fourni un échantillon d'une mixture venue d'Orient dont il disait le plus grand bien. Voici une occasion de le vérifier, mêlée à quelques savants mélanges de son invention.

Tout à son travail, il songeait à la rencontre qui allait avoir lieu. Sorciers et bonimenteurs en tous genres étaient légions à Paris ; mais les véritables maîtres dans l'art des poudres et poisons beaucoup plus rares. Et ladite Dame Noire jouissait d'une excellente réputation, qui laissait augurer une entrevue passionnante. Car bien au-delà du simple profit qu'il tirait de ses activités, Guibourg se montrait toujours curieux d'apprendre et d'échanger des parcelles de ce savoir occulte. Pour être totalement franc, la perspective d'entrer en contact pour faire prospérer leurs affaires respectives n'était bien entendu pas pour lui déplaire non plus. Il avait fait expliquer à la dame où le trouver et comment s'y rendre, et déposé des marques discrètes connues des seuls initiés. Elle n'aurait aucun mal à trouver cette cachette. Les "gens de l'ombre", comme on les surnommait avec effroi, avaient leurs propres codes et leur propre langage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 42
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une Dame au laboratoire (PV : Dame Noire)   Sam 20 Fév - 11:57

L'abbé Guibourg, concentré dans sa fabrication, n'avait pas entendu la dame arriver. Elle n'avait fait aucun bruit, pas même en ouvrant le passage secret. Celle qui se tenait devant lui, drapée dans son manteau et le visage dissimulé sous un masque, dégageait une aura particulière. Il y avait entre les gens de l'ombre cette sorte de communication silencieuse qui faisait qu'ils se reconnaissaient entre eux, peut-être l'habitude d'être à l'affût du moindre détail les y aidait-elle...

- Madame, tout le plaisir est pour moi, croyez-m'en, dit l'abbé en se portant vers elle et en s'inclinant respectueusement. C'est un grand honneur que vous me faites d'avoir accepté cette rencontre dans mon modeste laboratoire. Pardonnez si je ne vous ai point entendue venir. J'étais en train de fabriquer de la poudre à trépasser... Mais je vous en prie, approchez.

Il tira un fauteuil et invita la dame à s'y asseoir. Godin de Ste-Croix lui avait assuré que la Dame Noire était vraisemblablement une personne de bonne naissance, à ce qu'il en savait ; et il était vrai qu'elle avait une prestance singulière. Guibourg avait mille questions à lui poser, brûlait de lui demander son avis sur ses expériences, mais il fallait se montrer patient. Il ne s'agissait pas de prendre le risque de manquer cette entrevue. C'était d'autant plus aimable de sa part qu'actuellement le monde des ombres était sur ses gardes en raison des investigations de monsieur de La Reynie.

- Puis-je vous offrir à boire ? J'ai là une excellente liqueur de fabrication italienne, dont il paraît que nos confrères vénitiens raffolent . A moins que vous ne préfériez un chocolat, dont je tiens la recette d'un confrère espagnol ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une Dame au laboratoire (PV : Dame Noire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Darth Ynnitach- L'ascension de la Dame Noire
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Oscar et la dame Rose
» Notre Dame de Paris
» Nyrlae [Dame protectrice de Daranovar]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Paris :: Bas fonds :: Maison de l'Abbé Guibourg-
Sauter vers: