L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)

Aller en bas 
AuteurMessage
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Mer 20 Jan - 13:32

*Marcher seul dans les couloirs. Voilà son travail du jour. Il est là, toujours de noir vêtu. Pas de vent. Pourtant sa cape ondule légèrement. Il marche. Il regarde autour de lui. Il y a surement des choses qui se trament ici. Il y a toujours des choses qui se trament. Il sait. Il a l'habitude. Il connait les Hommes. Tout le monde est cupide. Tout le monde est envieux. Sauf quelque rare personne. Des cœurs purs. Mais il n'en connait pas. Tous de malfrats !
Charles croisent certaines personnes. Il sourit un peu. Il s'en moque beaucoup. Ce sont des domestiques, des gens de peu. Des personnes peu intéressante. Il cherche. Il veut taper plus haut. Il sait. Plus proche est le pouvoir, plus corrompus sont les âmes. L'inverse n'est pas vrai. Il le sait. Il connait les dérives de Paris. Comme sa poche. Il apprend à connaitre celles de Versailles. Il n'a pas peur. Ni du Roi ni des gens de pouvoir. Il fait ce qu'il doit. Son métier.
Des pas. Des pas plus rapide. Trop rapide... Une course ? Dans un couloir ? Qui peut être si pressé ? Une femme attendue par son amant ? Un domestique en retard ? Un homme pressé ? Un criminelle voulant fuir ? Il ne sait pas.
L'encadrement d'une fenêtre. Parfait. Il s'y met dedans. Ombre découpé dans la lumière. Figure de marbre. Attentif. Il attend. La personne passera devant lui. Alors il saura. Il sent quelque chose. La personne passe. Un domestique. Une bouteille en main. Vide. Apeuré. Il lui saisit le bras. Fortement. Il ne peut lui échapper. Charles sourit. Il parle. Calme. Serein. Son regard bleu dans celui du garçon. Oui. Le garçon. Il n'a pas plus de 18 ans.*


- Alors...On a fait une bêtise ?

*Le garçon ne répond pas. Charles le plaque contre le mur. Sans violence. Juste avec force. Il sourit. Il parlera. Même s'il a peur.*

- Tu ne réponds pas ? Je prends cela pour un oui alors !

*Le garçon tremble. Charles voit qu'il craque. Il s'amuse bien. Il le relâche. Il parlera mieux comme cela. Il sourit. Il attend. Pas la peine de poser un autre question. Pas de temps à gaspiller.*

- Je...J'ai oublié de remplacer la bouteille de mon maitre...Il attend...Il...Il va me réprimander...

*Charles prend la bouteille. Il sent. Rien que du vin. Visiblement. Ce garçon dit la vérité. Il le voit. Lui lui rend la bouteille. Il le laisse partir d'un geste du bras. Il se fait des idées. Il le sait. Il est un peu sur les dents. Il doit se calmer. Il doit rester calme.
Il inspire. Il redresse les épaules. Il rajuste sa cape. Comme si rien ne s'était passé. Il pense ne pas avoir été vu. Il se remet à marcher.
Pourtant...Pourtant on l'a vu. Des yeux le regarde. Il le sent, dans son dos. La personne aura-t-elle du courage ? Le courage de lui parler ...?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Jeu 21 Jan - 18:08

Isabelle de Ludres se faufilait discrètement dans les couloirs pour aller aux cuisines trouver quelque friandise à grignoter - fâcheuse habitude qu'elle avait prise en Lorraine lorsqu'elle s'ennuyait à mourir avec les dames de Poussay. Elle avait échappé non sans mal à la vigilance des autres filles de la Reine, qui, faute d'avoir elles-mêmes son audace, observaient ses faits et gestes pour s'en divertir. Versailles était un labyrinthe et, bien qu'étant là depuis plusieurs années déjà, il lui arrivait encore parfois de peiner à trouver son chemin dans le dédale des couloirs et des passages dérobés. Entendant soudain des voix, elle s'était cachée. Un étrange homme en noir, qu'elle n'avait encore jamais vu, malmenait un jeune valet de bouche - ce qui confirmait du reste qu'elle était bien sur le chemin des cuisines.

* Grand Dieu ! Pourvu que ce ne soit point la personne chargée de nous mener à Dieppe baigner toutes nues dans la mer pour avoir été mordues par la chienne de Théobon ! Je n'y veux point aller, et je n'irai point ! *

En effet, elle avait entendu dire qu'on devait amener à Dieppe toutes les filles d'honneur de la Reine qui avaient été mordues par la petite chienne de Théobon, laquelle chienne était morte enragée. Elle espérait échapper à ce traitement, que l'on disait des plus efficaces et dans lequel pourtant elle ne voyait qu'une aventure humiliante dont toute la Cour ne tarderait pas à se gausser. Mais Isabelle n'aimait pas que l'on maltraite les domestiques devant elle, si humbles soient-ils. Elle était certes de haut lignage, et avait brillé à la Cour de Lorraine ; cependant, elle avait aussi appris auprès des petites gens de Poussay que chaque âme méritait le respect. Ou peut-être était-elle trop curieuse pour ne pas chercher à connaître l'identité de l'inconnu ?

- Hé bien, monsieur ! , s'écria-t-elle en s'avançant vers l'homme d'un pas décidé. On maltraite les pauvres gens qui vaquent à exécuter le caprices des grands ? Vous devriez avoir honte ! Vous n'êtes point gentilhomme pour vous conduire aussi mal. Le pauvre garçon, il a dû avoir une bien inutile frayeur !

Elle se campa devant lui et l'observa. L'homme était robuste, et d'allure assez plaisante. Un divertissement offert par le hasard, qui la changerait des galants de la Cour ?


Dernière édition par Isabelle de Ludres le Dim 14 Fév - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Jeu 21 Jan - 18:29

*Il avait raison. Une personne est là. Elle parle. Une voie charmante. Douce. Une femme. Oui, c'est une femme. Alors il se retourne. Il est peut être un rustre mais il sait se tenir. Il la regarde dans les yeux. Il est plus grand qu'elle. Elle est assez jolie il faut bien le dire. Elle est jeune encore. Mais ses yeux brillent. Un éclat qui contraste avec sa voix. Elle est en colère. Contre lui. Cela l'amuse.
Elle est noble. Il peut le voir. il peut le sentir. Elle est bien habillée. Et si sa mémoire est bonne, il la sait de l'entourage de la Reine. Cela l'amuse. Car elle défend le garçon. Qui d'ailleurs est parti comme un petit chien. Ventre à terre. Charles lui sourit. Il doit donner le change. Alors il incline doucement la tête.*


- Mademoiselle.

*Il ne lui répond pas tout de suite. Il aime ce petit jeu. Il n'est pas noble. Il n'est pas gentilhomme. Alors il doit lui montrer du respect. Pourtant il n'aime pas cela. Trop futile. Mais il s'amuse un peu...
Il se redresse. Il la regarde droit dans les yeux. Elle a des yeux magnifiques. Il est sensible à cela. Sans doute sa mère avaient-elle de très beaux yeux. Il ne sait pas. Il ne se rend pas compte de sa réflexion muette. Il ne veut pas penser à son passé. Il n'y pense que pour se venger.
Il revient à la réalité. Il a un léger sourire sur le visage. Un sourire étrange quand on sait qu'il vient de se faire réprimander. Puis il parle. Doucement. Calmement. Un calme qui pourrait déranger. Pourtant ce n'est pas un calme froid. C'est le calme de quelqu'un qui n'a rien à perdre. Il n'a pas à se justifier.*


- Disons que je me posais des questions quand à sa loyauté envers son maitre. Mais il m'a prouvé qu'il était un homme de parole. Il ne faisait que rapporter du vin.

*Il ne perd pas son sourire. Il ne lui dit pas grand chose. Elle voudrait savoir qui il est. Il le sait. Elle est curieuse. Cela se voit. Et Montaucieux s'en amuse. C'est presque étrange. Et ce n'est pas finit.
Il vient d'avoir un éclaire. Il sait qui elle est. Alors qu'elle doit tout ignorer de lui. Il est un homme de l'ombre. Et comme l'ombre, il est caché.*


- M'en voulez vous Mademoiselle de Ludres ?

*Il la fixe. Calmement. Il attend sa réponse. Il a une très bonne mémoire. Et Paris parle. Beaucoup. Comme Versailles. A passer comme une ombre, on apprend vite. Et il sait tout. Ou presque.
Il ne connait pas les complots car il les cherche. Mais il apprend tant de chose. Qui couche avec qui. Qui a de l'ambition. Qui veut devenir quoi.
Ah Charles...Charles l'ombre de Versailles. Le bras armée du pouvoir...Mais dans l'ombre...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Ven 22 Jan - 10:15

La chanoinesse lui rendit son salut par un signe de tête. Dieu que cet homme avait quelque chose de fort troublant... Cette assurance dans son regard d'un bleu intense, ce sourire empreint de sous-entendus. Oubliée la colère, elle se sentait à présent d'humeur mutine. Il lui venait des souvenirs peu catholiques du temps de Poussay, les soirs de fête où les dames chanoinesses tenaient salon en compagnie de gentilshommes masqués...

- Ah ! Suis-je sotte ! Il est vrai que l'on ne parle que poisons ces temps-ci... Néanmoins vos méthodes sont brutales, monsieur !

Elle se sentait passée au crible, analysée de la tête aux pieds comme si elle s'était trouvée en chemise devant cet inconnu. L'idée la fit sourire. Elle n'avait rien à cacher, bien au contraire. La "belle Ludres", comme ses soupirants commençaient à la surnommer, savait tirer avantage de ses charmes. Et sans jamais rien céder qu'elle ne l'ai décidé. Elle se prêta volontiers au jeu, autant par provocation que par un plaisir inavoué.

Elle ne put s'empêcher de frémir quand il prononça son nom, alors même qu'elle ne s'était pas présentée. Puis elle se dit qu'après tout, tout un chacun la connaissait à Versailles ; à Paris également, dans certains milieux, mais de façon plus discrète. Elle se ressaisit sans tarder, et fit front avec toute la fierté d'une aristocrate lorraine. Il avait fait un faux pas en la nommant "mademoiselle", et elle comptait bien le lui faire remarquer, simplement pour s'amuser. Il l'intriguait, mais elle ne se voulait pas hostile.

- Point encore, monsieur, répondit-elle avec un brin de malice dans le regard, mais cela pourrait venir si vous m'appelez encore "mademoiselle" : vous ne devez point ignorer, monsieur, que mon statut de chanoinesse me vaut depuis mon plus jeune âge l'appellation de "madame"... Monsieur dont j'ignore encore le nom, du reste... Qu'importe ! Le mystère n'est point pour me déplaire... Mais vous avez un avantage sur moi, car vous savez qui je suis : Isabelle de Ludres, comtesse d'Affrique, dame de diverses terres en Lorraine, fille d'honneur de Sa Majesté la Reine, etc. Bref, tous ces ornements au fond bien futiles dont on se flatte à la Cour de France... Donnez donc au moins un faux nom, que je me sente moins à votre merci.

Elle se fit soudain plus joueuse, riant en le contournant.

- A moins que vous ne soyez l'un de ces assassins qui hantent en secret les couloirs du palais ? Un espion à la solde de quelque souverain jaloux de la gloire de Sa Majesté ? Non, laisez-moi encore chercher à deviner : vous allez en secret rejoindre une dame qui ne veut se compromettre... Qui que vous soyez, rôdeur criminel, espion ou amant secret, me laisserez-vous passer ? Ou m'allez-vous contraindre au silence ? Vais-je hurler à la garde ? Ou prendre plaisir à notre rencontre ? Prenez garde, monsieur, on dit que je suis enragée à cause de la morsure d'une petite chienne !

Mon Dieu, la chienne de Coëtlogon et le voyage forcé à Dieppe ! Elle avait oublié l'espace d'un instant. Et si l'homme était là pour organiser ce sinistre voyage ? Si leur rencontre n'était pas véritablement un hasard ? Elle avait assez dit à qui voulait l'entendre qu'elle n'irait point ; et on lui avait fait comprendre tout aussi résolument qu'elle n'y échapperait point, dusse-t-on l'y emmener contrainte... Son rire se figea, et elle se plaqua contre le mur, tachant de ne pas laisser paraître sa soudaine frayeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Ven 22 Jan - 23:07

*Il l'écoute. Il la laisse faire. A aucun moment il ne lui coupe la parole. Pourquoi le faire d'ailleurs ? Il préfère la laisser parler. On apprend beaucoup des gens. On sait ce qu'il faut quand on écoute. Et charles sait écouter. C'est ce qu'il préfère faire. Alors il se contente d'écouter. Le regard devant lui. Les yeux bleus dilaté par la pénombre légère.
Il ne faut pas l'appeler Mademoiselle. Curieux. Quelle femme refuse un tel compliment ? Elle tient visiblement beaucoup aux titres. Elle veut que l'on croit le contraire. Elle est futile. C'est une femme de la cour. Tout le monde l'est. Surtout les femmes. Cela l'amuse.
Elle se pose des questions. Elle veut savoir qui il est. Personne ne le sait vraiment. Sauf son "patron" et ses "collègues". D'ailleurs il ne veut pas être connu. Pourtant il sourit. Ce petit jeu l'amuse. Elle l'amuse. Elle sait ce qu'elle veut. Elle n'est pas que futile. Elle est aussi pleine de désir. Elle le regarde, elle fait le tour. Soit. Il laisse faire. Charles s'amuse d'être détaillé ainsi. En général il fait lui même passer cette examen. De façon discrète certes, mais il le fait. C'est étrange de se sentir regarder comme cela. Mais il laisse faire.
Quand elle a finit, il consent enfin à répondre. Il est toujours calme. Il n'y a pas à s'énerver de toute façon.*


- Soit Madame. Je n'userai plus du terme de Mademoiselle. Pourtant il vous va encore bien je trouve. Enfin, c'est vous qui choisissez Madame.

*Il incline la tête. Il est légèrement ironique. Cela le fait un instant sourire. Puis il continue de parler. Le même ton calme. Egale à lui même.*

- Je suis Charles Montaucieux. Policier de mon état. Je ne vous ferai rien de mal. Enfin rien que vous ne voulez vraiment pas en tout cas. Je ne suis pas là pour être votre amant, ni pour vous faire hurler. Je suis homme de l'ombre. Mais si vous voulez vraiment connaitre les plaisirs des bas-fonds, je peux sans remords vous aider.

*Il fait un pas en avant. Il glisse furtivement sa main le long de sa hanche. Elle peut hurler si elle veut. Il n'a rien à se reprocher. Elle essaie de jouer avec lui. Elle se frotte à un hérisson, elle va se piquer.
Il la regarde dans les yeux. Il est un mystère à lui seule. Cela donne une scène étrange pour les autres. Le couleur est presque désert, heureusement. Le peu de personnes qui passe ne s'arrête pas. Il y a tant à faire à Versailles. Pourtant il sait. Il sait que le lendemain toute la Cour sera au courant. Lui, l'ombre mystère, entrain de "courtiser" la Dame de Ludres. La Belle Dame. Cela l'amuse. Il n'en sera que plus mystérieux...Et tant mieux !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Dim 24 Jan - 21:15

Isabelle avait hérité des Ludres, mais aussi des ambitions démesurées du matriarcat familial composé de sa mère et de sa grand-mère, un attachement féroce aux titres et prérogatives d'une maison qui s'enorgueillissait de sa gloire passée. Chez elle, ce trait se tempérait cependant par l'humour qu'elle mettait en tout, cette capacité naturelle à la légèreté par laquelle elle parvenait toujours à ne rien véritablement prendre au sérieux. La remarque de l'inconnu l'amusa fort. Il avait de l'esprit...

- Inutile de flatter, monsieur, rétorqua-t-elle avec tout autant d'ironie. Même si nulle femme ne saurait être insensible à un compliment, vous qui semblez en savoir beaucoup ne devez pas ignorer que des experts en la matière m'en adressent quotidiennement. Il paraît que c'est ce qui me lie à Dieu de par ma naissance qui me vaut le titre de "madame", même si je suis encore fille. C'est cette particularité qui me sied : je fus "madame" à un âge où l'on n'est qu'une enfant !

* Les hasards de la naissance ne distribuent point toujours les rôles ainsi qu'il conviendrait, pensait-elle tout en l'écoutant parler. Voici un homme qui aurait pu faire un habile gentilhomme de Cour... Un policier ?! On fait venir un policier pour m'emmener à Dieppe ?! Monsieur de Tréville va m'entendre ! Que ne se charge-t-il lui-même de cette besogne, lui qui prétend me courtiser ! Monsieur le policier, vous serez la punition de Tréville, et ensuite je vous jetterai en pâture à la jalousie conjuguée de Vendôme et Vivonne ! *

Elle n'eut point le temps de répondre que déjà il s'approchait et qu'elle sentit une main sur sa hanche. Elle hésita un très court instant : jouer les demoiselles éffarouchées, ou poursuivre dans la veine libertine. Son penchant naturel autant que sa fierté la firent opter pour le libertinage. Elle repoussa la main audacieuse et tenta de se dégager, mais sans s'éloigner assez pour véritablement lui échapper.

- Oh là, monsieur... Montaucieux, c'est bien cela ? , lança-t-elle en riant. Comme vous y allez ! Il faudra que je fasse dire à monsieur de La Reynie que ses gens de police ont des manières fort directes ! Ne vous méprenez point, je n'ai rien d'une fille de cuisine. Dois-je vous rappeler mon état ? ... "Homme de l'ombre" ?! Prenez garde au double sens de l'expression, ces temps-ci elle peut valoir quelques ennuis, même à un policier... Je vous trouve bien imprudent, ou terriblement audacieux, ce qui revient au même.

Tout en riant encore, elle troussa quelque peu ses jupes afin de pouvoir s'élancer cette fois hors de portée.

- Mon amant ?! Quelle fort étrange idée ! Ce n'est point ce que j'entendais, à présent je vous découvre distrait ! Les plaisirs des bas-fonds ?! Chercheriez-vous à m'effrayer ? Qui vous dit que je ne les connais déjà ? Et que vous ne pourriez être surpris si je vous prenais au mot ? Dame chanoinesse n'implique d'être un modèle de vertu, ni de se livrer sous couvert de noblesse à de folles débauches... Et je ne vous ferai point le plaisir d'hurler, de toute façon, vous m'en voyez marrie : une Ludres jamais n'hurle devant le danger ! Au moins m'avez-vous dit votre nom, Charles Montaucieux ! Mais vous y monterez seul, car à présent j'ai à faire. Servante, beau policier ! Rattappez-moi si cela vous amuse !

Elle troussa un peu plus encore ses jupes, dévoilant ses chevilles enveloppées de soie délicate, fit une révérence moqueuse et se mit à courir dans le couloir en direction des cuisines. Espérant bien entendu que le jeu ne s'arrêterait point là et qu'il la rattrapperait, voire se ferait plus audacieux encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Dim 24 Jan - 22:10

*Il l'écoute. Il sourit. Il aime ses réflexions. La Dame n'est pas idiote, loin de là. Au contraire. Elle semble différente. Peu effarouchée sous des dehors montrant le contraire. Elle veut jouer. Il le sait. Elle le montre.
Elle se justifie. Fierté ? oui, sans doute. Comme tout noble. Même ceux qui disent le contraire le sont. Tout le monde l'est. Quand on a une bonne éducation, une bonne famille, on le montre. C'est dans la nature humaine. Plus encore dans la nature des femmes. Charles le sait. Et cela l'amuse. Oui, cela l'amuse encore plus que la Dame veut paraitre pure. MAis elle ne l'est pas.*


- Soit. Alors plus de Mademoiselle. Ce sera donc Madame.

*Puis elle se met à parler de lui. Cela le fait sourire. Elle mèle les deux comparaison. Elle se dit ne pas être modèle de vertu ni une débauchée notoire. Soit. Pourtant elle ne recule que peu. Elle ne part pas en courant. Elle veut jouer. Son visage la trahit.
Elle le pense ombre mauvaise. Cela fait sourire Charles. Il ne l'est pas. Enfin...Pas vriament. Il traque le crime. Mais ce n'est pas un ange. Il ne fera jamais de mal. Pas volontairement. Pas à une femme non plus. Charles est trop bon pour cela. Il n'a pas eut de mère. Il sait pourtant ce que vaut une femme. Une vrai femme. Il connait aussi les femmes des bas-fonds. Les femmes faciles. D'une nuit. Il les aime aussi. Elles font aussi partit du monde.*

- Montez aux cieux ? non. C'est l'enfer qui m'attend.

*Oui. L'Enfer. Car il veut faire mourir des hommes. Il fera mourir des hommes. Il ne pense qu'à cela. Alors ce sera l'enfer. Il ne lui dit pas pourquoi. Elle n'a pas à savoir. Ils ne se connaissent pas.
Il chasse cette idée. Elle relève ses jupe. Elle l'invite à courir. Il sourit. Cela l'amuse. Elle est donc une libertine. Elle veut jouer ? Alors il va jouer. Elle n'est pas la première à vouloir cela. Mais elles ont toute refusées de se donner. Il ne leur en a jamais voulu. Il est allé ensuite voir des femmes. Des vrais.
Charles sourit. Elle court. Lui marche. Vite.
Il la rattrape facilement. Cela est un jeu d'enfant. Il lui saisit le bras. Pas de violence. Toujours du calme. Une étreinte calme. Presque comme si de rien n'était. Avec cette certaine "douceur" il la fait se retourner face à lui. Il plante ses yeux dans son regard. Ses yeux sont d'un bleu profond. Il est beau. Il s'en moque totalement. La beauté n'est pas ce qui le préoccupe. En général, c'est le crime. Mais à ce moment précis, c'est le jeu.
Comment va-t-il jouer ? Il ne sait pas encore. Mais il veut mettre les choses au point sur le champ. Alors il lui parle. Sa voix calme semble ne pas raisonner dans le couloir. Il pourrait passer pour un galant. Il ne l'est pourtant pas.*


- Madame. Soyons clair. Savez vous ce que vous faites ? Etes vous consciente que vous voulez jouer avec moi ?

*Puis il se pencha en avant. Il murmure à son oreille.*

- Et oubliez Monsieur de la Reynie...Madame.

*Il a finit par susurrer. Il ne veut rien que jouer. Le reste... L'amour, la passion, les ébats... Non. Pas ici. Pas maintenant.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Mar 26 Jan - 1:22

Isabelle de Ludres courut sans feindre, car l'homme était assez robuste pour la rattrapper s'il le souhaitait vraiment. Mais, corsetée qu'elle était, le souffle lui manquait. A Versailles, l'usage du moment voulait que l'on serre fort le corset, plus en tout cas qu'en Lorraine. Quel démon avait donc pu inventer un tel artifice ! Ledit Charles marchait derrière à assez longues enjambées pour que bientôt elle sente une main se refermer sur son bras, l'obligeant à arrêter sa course. Avec une force contenue qui lui donna des frissons. Le temps qu'elle se saisisse de son éventail, il l'avait contrainte à se retourner face à lui. La pénombre du couloir conférait à son visage une agréable aura de mystère, d'où perçaient ces yeux étincelants qui se révélaient capables de ne trahir aucune émotion.

- Que vous êtes bien aise, monsieur, dit-elle en haletant, de ne point avoir à souffrir l'encombrement de nos féminins artifices ! Vous aviez sur moi un avantage certain, autre que ceux de la nature...

Tout en reprenant sa respiration, elle le considérait avec contentement. Il jouait, et elle aimait jouer. Dieu veuille qu'il ait assez de raison pour ne point pousser le jeu trop loin, cependant. Elle lui donna, pour la forme, un petit coup d'éventail sur la main.

- Mais tout est clair, mon cher ! Ignorez-vous que rien ne se fait que les femmes ne veuillent ? Je ne puis le croire, vous ne me paraissez point si sot... Perdrais-je mon temps avec un laquais qui ignore l'art de jouer ? J'ai vécu en des lieux où l'on était moins embarrassé de convenances, certes, mais tout de même ! Vous vous en preniez à un valet de bouche, je voulais voir ce qu'il en était face à une toute autre proie... Mystérieux policier contre dame de qualité, ce me semble plus équitable !

Elle rit, comme si elle se trouvait en quelque soirée aristocratique en compagnie de l'un de ses familiers. Mais surtout, elle soutenait son regard et ne baissait pas les yeux ainsi qu'il convenait aux timides et aux innocentes. Mme de Ludres ne baissait que rarement les yeux, en particulier devant les hommes. Elle leur refusait ce plaisir qui les confortait dans leurs illusions de toute-puissance. Fière descendante des ducs de Bourgogne, mais avant tout femme libre, de cette liberté qui se prend et n'est pas concédée.

Bientôt, elle le vit rapprocher d'elle son visage. S'il avait l'audace de chercher à lui voler un baiser, il recevrait un soufflet pour prix de sa témérité. Elle pouvait sentir son souffle calme effleurer sa joue. Ce qu'il lui sussurra à l'oreille soulevait des interrogations. Etait-ce une invite, ou une menace ? Après tout, elle avait été fille d'honneur de Madame, et il se disait des choses terribles sur les causes de la disparition prématurée de la princesse. Son nom figurait-il sur la liste des suspects ? La chanoinesse préféra chasser cette idée et revenir au jeu.


- Avec grand plaisir et soulagement, monsieur, murmura-t-elle à son tour. Une dame bien née ne se mêle point de telles choses... La proie est à votre merci, semble-t-il... Quelle tournure prendra donc cette partie de chasse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Mer 27 Jan - 18:42

*Elle parle et elle parle bien. Cela l'amuse. Charles n'est pas un homme qui se laisse impressionner. Non. Alors il écoute. Simplement. Il ne veut pas lui montrer un trop grand intérêt. D'ailleurs, outre ce petit jeu, il n'est pas intéressé. Ce sont uniquement la fin de ses paroles qui éveille son intérêt. Il veut jouer. Il joue. Elle est sa proie. Elle le sait.
Charles la regarde dans les yeux. Il sourit. Un sourire légèrement sadique. Il aime les femmes. Oh bien sûr il ne leur fait pas de mal. Non. Ca jamais. Mais le jeu. Il aime quand elles sont comme Isabelle. Alors il ne bouge pas. Il parle. Enfin il murmure. Rien de plus, rien de moins.*


- Vous êtes ma proie ? A ma merci...Dans ce cas...Veillez excusez d'avance mon comportement.

*Il veut lui faire peur. Il n'a pas l'intention de lui faire du mal. Non. Il ne va pas la violer dans un coin. Malgré une réputation de "terreur des bandits", il n'est pas un rustre. Non. Au contraire.*

- Mais n'ayez pas peur...

*Il la plaque doucement contre le mur. Il se plaque contre elle. Pas de violence. Une simple douceur froide. Il sourit. Il ne la lâche pas des yeux. Cela l'amuse. Cette femme doit avoir peur. Et en même temps il ressent son envie à elle. Etrange. Ce que le coeur des femmes peut être complexe !
Cela ne l'empêche pas de se pencher en avant. Il l'embrasse dans le coup. Il baiser calme, presque froid. Il ne ressent rien à ce baiser. Pourtant il sent la peau de la demoiselle frissonner. Cela l'amuse. Ce qu'une femme est sensible...Mais elle est belle. Alors il lui pardonne. Mieux. Un second baiser. Puis un troisième, sur son épaule dénudée de sa robe...
Il attend maintenant sa réaction. Une gifle ou une demande de continuer...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Mar 2 Fév - 10:55

(HJ : désolé pour le délai de la réponse, cher ami Embarassed )

Mme de Ludres réalisait qu'elle s'était montrée quelque peu audacieuse dans ses propos, et qu'ils pouvaient laisser entendre des choses qui n'étaient nullement dans ses intentions. Les Français se révélaient si prompts aux débordements parfois. Et l'homme n'était après tout pas un gentilhomme, et donc peut-être pas au fait des jeux innocents auxquels on se livrait à la Cour par ennui.

Soudain, elle avait peur, sans oser se l'avouer totalement. Une peur mêlée d'une étrange fascination qui éveillait sur sa peau des frissons et rendait son souffle plus court encore que si elle avait traversé toute la longueur du couloir à la hâte. Elle frémissait, mais se préparait à riposter si ce jeu de chasse allait trop loin. D'ailleurs, comme elle passait très vite d'une chose à une autre, puis à une autre encore, l'envie d'aller aux cuisines la reprit tandis qu'elle jouait son rôle de proie désarmée.

- Votre comportement ?! , murmura-t-elle à son tour. Prenez garde, monsieur...

Avoir peur ? Comment pouvait-il prétendre qu'elle avait peur ? Elle ne voulait pas lui faire ce plaisir, et se raidit dans sa fierté aristocratique. Elle se sentit bientôt plaquée contre le mur froid, et en même temps se rapprocher la chaleur du corps robuste qui l'empêchait à présent de fuir. Elle cherchait à sonder ce regard étincelant, dans lequel il semblait impossible de lire vraiment. En fait de policier, il devait être des plus redoutables pour ceux qu'il pourchassait au nom de la justice du Roy ! Etait-ce encore bien du jeu que cette lueur ? Ou cette fois de la cruauté véritable, ou pire encore du mépris ?

Et soudain, les lèvres se posèrent sur son cou, chaudes mais absentes, non point brûlantes comme celles d'un homme qu'égare le désir. Elle fut comme pétrifiée, à la fois choquée de cette audace et troublée par le contact. Un second baiser, puis les lèvres se portèrent sur son épaule légèrement dénudée... Il fallait, malgré le tourbillon de sensations contradictoires qui s'agitait en elle, y mettre un terme. Elle trouva la force de le repousser légèrement, car il était fort, et de dégager son bras pour lui envoyer un soufflet magistral : elle aimait certes jouer, mais aussi rester toujours maîtresse du jeu.

- Comment oses-tu, impudent ?! , lança-t-elle d'un ton volontairement méprisant et blessant, destiné à rétablir entre eux de la distance. Oublierais-tu ta condition, et ce qu'elle t'autorise ?!

Il ne serait pas dit qu'il aurait le dernier mot, elle aussi savait se divertir aux dépens d'autrui. Elle ne pouvait soutenir longtemps son regard, car il l'effrayait autant qu'il la séduisait. Mais elle s'obligea à le regarder droit dans les yeux avant de déposer à son tour un baiser au coin de ses lèvres.

- Veux-tu que je m'en aille raconter tantôt cela à l'un de mes galants, monsieur de Vivonne ou monsieur de Tréville par exemple ? , lui murmura-t-elle à l'oreille. Ou qu'adviendrait-il si soudain je me mettais à crier ? Qui deviendrait alors la proie ?

Elle laissa échapper un petit rire de défi, avant que de mettre sa menace à exécution.

- A moi !!! , se mit-elle à crier à pleins poumons. A la garde !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Dim 7 Fév - 12:49

*Charles écoute. Il se laisse faire. Il n'est pas attirer par elle. Pourtant son corps est beau. Bien fait. Bien dessiné. Mais à quoi bon ? Ce poisson là n'est pas pour lui. Et puis les femmes...Une nuit. Une seule. Le reste...Non, elles sont un poison, pire que la peste. Il ne veut pas aimer. Il n'a pas le temps. Il n'a pas la place pour aimer.
Charles la laisse jouer. Il sent son baiser au coin de ses lèvres. Finalement la Dame s'est prise au jeu. Cela l'amuse. Elle est une grande aristocrate, mais une femme en vérité. Rien de plus. Alors ce petit jeu pourra finir d'une seule façon. Mais visiblement elle ne veut pas. Cela est étonnant. Mais il ne dit rien. Il ne fait rien.
Un sourire en coin quand elle le défie de crier. IL s'en moque. Il est policier spécial. Il n'avait rien à craindre de la garde. Des soldats en uniforme non entrainer pour se battre mais pour maintenir la sécurité.
Charles s'approche d'elle. Il veut l'embrasser de nouveau. Pourtant déjà elle crie à la garde. Loin d'avoir, il se redresse, un sourcil relevé. Il est étonné. La bougresse a osé. Alors il fait un pas en arrière. Non, il ne lui fera pas le plaisir de partir en courant. Déjà il entend les pas des gardes arriver en courant. Il n'a rien à craindre. Il n'a rien à perdre. Quand tout le monde c'est tu et que les gardes sont là, il se retourne calmement. Il parle ensuite avec un calme digne d'un Roi.*


- Policier en mission. Reprenez vos discutions.

*Il n'a rien pour prouver cela. Pourtant son regard, son aplomb, son calme. Tout indique qu'il est cela. Il reste devant la Dame. Il regarde les autres. Les courtisans ne se laissent pas faire. Ils reprennent leurs discutions. Les gardes sont plus réticents. Pourtant l'un d'entre eux s'adresse aux autres. Il est le plus agé visiblement. Il est écouté.*

- Il dit vrai.

*Le garde ne cherche pas plus loin. Ils s'en vont. Charles sourit. Il sait qu'il fait peur. Il s'en moque. Au contraire. Il sait que cela le sert parfois. Comme ce jourd'hui.
Charles se retourne vers Isabelle. Il a le regard triomphant. Il sait qu'elle ne peut plus rien contre lui. Un vrai plaisir. Elle sa proie.*


- Voilà comment je règle les problèmes quand il y en a. Alors ? On veut toujours jouer Madame ? Ou alors préférez vous partir. Dans ce cas, vous n'aurez rien à craindre de moi. Je ne vous suivrai pas. Dans le cas contraire...

*Un doute. Non pas une menace. Il voulait lui faire comprendre que lui aussi sait dominer le jeu. Plus qu'elle ne peut le penser. Il a envie de lui faire un peu peur aussi. Elle a voulu essayer avec lui, cela n'a pas marcher. Mais lui, il sait s'y prendre...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle de Ludres
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 43

Feuille de personnage
Âge du personnage: 23 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Dim 14 Fév - 17:54

Elle fut stupéfaite de constater que ledit Charles pouvait s'en tirer à si bon compte après qu'elle eut appelé à la garde. Ma foi, il devait être un personnage bien particulier pour que l'on ne cherche point à en savoir plus. Voilà qui relançait son intérêt pour le jeu, mais dans le même temps l'inquiétait. Elle n'était ni intriguante, ni calculatrice, mais en l'instant elle se devait de quitter sa légèreté habituelle pour réfléchir avec quelque sérieux. Elle se remettait à penser que tout cela n'était peut-être pas un véritable hasard. Et si le policier la surveillait en tant qu'ancienne fille d'honneur de Madame ? Dieu sait ce qui pouvait passer par la tête de ceux qui s'intéressaient à l'affaire...

- Félicitations, monsieur, répondit-elle en gardant d'abord le ton joueur. Vous me voyez fort surprise des égards que l'on a pour vous, et impressionnée par votre aisance à renvoyer ces gardes... Partir ? Il ne sera pas dit qu'une Ludres fuira devant quiconque !

Elle s'efforçait de rester calme, mais en réalité elle était fort inquiète. D'un côté, il y avait la fascination étrange qu'exerçait cet homme, la trace troublante qu'avaient laissé ses lèvres sur sa peau. Et de l'autre la crainte qu'il ne soit là sous couverture, dans un dessein bien moins innocent que les simples jeux libertins. Tout à coup, une idée lui revint à l'esprit, fulgurante. Et comme la chanoinesse de Poussay ne savait taire longtemps ses pensées, les paroles sortirent toutes seules...

- Par Dieu, monsieur, je puis vous assurer que si vous êtes ici pour m'emmener de force à Dieppe, que vous aurez fort à faire car je n'y veux point aller ! On ne me plongera point toute nue dans la mer ainsi que le préconisent ces idiots de médecins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Montaucieux
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 18/01/2010
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   Mer 17 Fév - 20:46

*Charles ne comprend pas cette femme. Elle passe du feu à la glace. Du calme à la folie. De quoi lui parle-t-elle ? Il n'en a aucune idée. Il a bien entendu parler de cette histoire de rage. Mais il ne s'en occupe pas. Il n'en a rien à faire comme on dit. Pourtant il la regarde dans les yeux. Il est calme. Il est agacé mais cela ne se voit pas. Il reste fidèle à lui même. Pourtant il hausse les épaules. Il pousse aussi un soupire. Les femmes sont parfois pire que la lèpre... Il le savait pourtant ! Enfin...*

- Même si vous voir nue dans la mer serait une vision parfaite et vraiment plaisante, je ne suis pas là pour vous y emmener. Sauf si vous me le demandez mais dans ce cas là, j'ai bien peur de vous faire perdre toute crédibilité ici...

*Il sourit. Il est naturel. Parler à une femme comme cela peut paraitre cavalier. Pourtant il le fait. Il s'en moque du qu'en-dira-t-on. pour lui tout cela est normal. Et en général les femmes de bonnes familles le fuient et les prostituée aiment. Deux mondes différents. Deux facette de la personnalité de Charles. Un homme ambitieux, prêt à tout pour atteindre ses objectifs, qui parle au femme comme à n'importe qui. Et un homme sensible que la vie n'a pas gâté. Un homme blessé de longue date. Mais personne ne connait encore ce côté là. il le cache. Il se cache. Il préfère cela. Au moins il ne rend de compte à personne. Cela lui va très bien !*

- Alors ? Vous voulez toujours rester Madame ? Après de tels aveux de votre part, j'avoue que la vision de votre corps est charmante. Même si je ne peux qu'imaginer !

*Il n'a peur de rien. Pas plus de cette Dame que des gardes qu'il a renvoyé avec talent...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire un tour pour déjouer les tours ! (LiBrE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dimitri - Nous sommes de retour, pour vous jouer un mauvais tour.
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
» [ROSA] La Coupe Frissons arrive pour vous jouer des tours...
» Allons faire un tour, du coté de chez Swan… (Alexandra & Molly)
» Je cherche quelqu'un qui pourrait me faire un dessin pour ma signature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Le château de Versailles: les intérieurs :: Les couloirs et pièces diverses :: Les couloirs et escaliers-
Sauter vers: