L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mar 12 Jan - 21:00

(HJ : ce lieu servira aux activités officielles de l'abbé en tant que vicaire. Toutefois, vous pouvez aussi venir l'y contacter en toute discrétion pour d'autres affaires ; il vous suffit pour cela par exemple de prendre place dans le confessionnal de l'abbé...
Ne croyez pas que la crypte-ossuaire soit de mon invention : par un heureux hasard, des fouilles archéologiques ont révélé son existence remontant au XVe s. dans l'église où Guibourg avait été vicaire ! Avouez que le détail était trop tentant pour ne pas s'en saisir dans le cadre de nos RP ! )


L'église St-Marcel de St-Denis, en dehors de la prestigieuse basilique, était le plus bel édifice paroissial de la ville. L'abbé Guibourg avait obtenu d'être nommé vicaire de cette paroisse, ce qui lui offrait une visibilité constituant la plus imparable des couvertures. Il s'y montrait aussi appliqué que possible à son office : entendre les confessions, dire certaines messes, seconder le curé... Curé qui, du reste, ne s'avérait guère exigeant : cadet de famille devenu prêtre par obligation, il était plus soucieux de ses conquêtes féminines que des affaires de la paroisse. Ce prêtre, encore relativement jeune par rapport aux deux autres, était en effet assez bel homme, et il ne manquait pas de paroissiennes pour dissimuler derrière une grande piété un penchant pour leur curé. Cela faisait l'affaire de l'abbé Guibourg, car de ce fait son supérieur lui laissait beaucoup de liberté. Quant au troisième prêtre desservant la paroisse, ce n'était un secret que pour fort peu de monde qu'il était un libertin de la première heure, rédacteur d'écrits sulfureux. Ainsi chacun des trois veillait à ne pas troubler les petits secrets des autres...

C'était un monument qui arborait les caractéristiques du gothique du XIIIe s. et n'avait pas été remis au goût du jour. Sous ses voûtes sur croisées d'ogives, les fidèles venaient faire leurs dévotions, ignorant que l'église renfermait quelques secrets... En effet, une crypte-ossuaire, à laquelle nul n'avait accès en dehors du clergé, s'ouvrait sous le collatéral nord ; Guibourg y descendait parfois et y demeurait un long moment sans que l'on sache précisément ce qu'il y faisait. Sans doute s'appliquait-il à prier pour les âmes des défunts inhumés depuis des siècles à l'intérieur de l'église et à ses abords ?


Dernière édition par Abbé Guibourg le Mer 13 Jan - 2:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 13 Jan - 1:30

Deux dames arrivèrent dans l'aube brumeuse de ce jour. Enfin, un passant aurait volontiers cru à une apparition de spectres tant elles se déplacaient vite, enveloppées dans des capes noires modestes afin que l'on ne puisse les reconnaître. Lorsqu'elles arrivèrent devant l'entrée de l'édifice, l'une d'entre elles hésita. La première la poussa finalement à l'intérieur, en s'assurant que, sur le parvis, personne ou peu de monde aurait prêté attention à leur venue.

Ayant pénétré dans l'édifice, elles se signèrent en bonnes chrétiennes et se dirigèrent à l'avant, non loin de l'autel, dans une des chapelles atenantes. Là, elles otèrent leur capuchon pour afficher leur visage. Qui étaient-elles ? Les soeurs Mortemart !


-Calmez-vous ma chère, cet homme est réputé pour sa discrétion et son savoir-faire ! Ce que nous faisons n'est pas un crime !! chuchota Gabrielle à Athénaïs. Vous n'aurez qu'à vous attarder à confesse plus tard pour soulager votre conscience, enfin la nôtre ! ...

La marquise scruta l'église. L'édifice gothique était bien sombre tant la lumière du matin n'y pénétrait pas. Pour un lieu de culte er de paix, l'endroit semblait être l'antichambre de la mort, lugubre, obscur, froid. Vu l'heure matinale, il n'y avait personne, même le prêtre semblait manquer à l'appel ! *Où est-il donc le bougre ?*

-Vous aurez votre philtre ma chère, lui chuchota-t-elle de nouveau en lui serrant une main, comme pour la rassurer.

Non, les soeurs Mortemart n'étaient point venues pour une messe noire ou je ne sais quel autre rituel satanique faisant froid dans le dos, ni pour se confesser ! Gabrielle avait suggéré à Athénaïs de se procurer des philtres d'amour afin de s'assurer de l'amour du Roy. Certes, elle la mettait dans une situation risquée mais Gabrielle ferait tout par amour pour sa soeur, pour préserver son royal bonheur. Par quelques indiscrétions et secrets questionnements, on lui donna le nom d'un certain abbé Guibourg, fort doué en la matière, officiant dans l'égilse Saint-Marcel de Saint-Denis pour accomplir leur besogne ...
D'abord réticente à cette idée, Athénaïs accepta et suivit sa soeur, non sans crainte ...

_________________


Dernière édition par Gabrielle de Thianges le Mer 13 Jan - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 13 Jan - 2:21

( HJ : quel plaisir que cette charmante visite ! Prêtes pour les émotions ? Wink )

L'abbé Guibourg se trouvait dans la crypte aux ossements, où il collectait quelques échantillons et macabres décorations pour la prochaine cérémonie secrète programmée bientôt. Ce faisant, il psalmodiait des prières des défunts en latin, suffisamment fort pour détromper quiconque de ses collègues ferait irruption dans ce lieu souterrain - ce qui serait bien surprenant car ils ne le faisaient jamais. Il rangeait ce qu'il avait pris dans un petit sac qui contenait aussi des osties consacrées. Quand soudain il entendit un bruit de pas furtifs dans l'église haute. Il replaça le sac dans l'une des niches de plâtre et monta sans bruit les escaliers pour voir de qui il pouvait s'agir.

Il jeta un oeil discret. Visiblement, deux dames de qualité qui cherchaient à passer inaperçues. Des clientes pour lui ? Selon toute vraisemblance. Le curé était à la campagne en compagnie de sa dernière conquête, et l'autre prêtre se chargeait de la tournée des indigents de la paroisse. Il avait donc le champ libre. L'accès à la crypte prenait précisément tout près de la chapelle dans laquelle les deux dames se tenaient. Il tendit l'oreille pour tenter de saisir leur conversation chuchotée - car il était évident qu'elles ne disaient pas leurs prières. "... discrétion et savoir-faire...", "... pas un crime...", "... vous attarder à confesse...", "... votre philtre...".

* Parbleu, voilà bien une belle prise ! Tremblantes, hésitantes... De bonne naissance, à n'en pas douter ! L'une d'elles semble plus déterminée que l'autre, mais c'est la seconde qui a besoin de mes services... Parfait ! Je pourrais ainsi utiliser l'une pour convaincre l'autre ! Pour des personnes de cette qualité, il convient de soigner mon effet. J'ai une bien meilleure idée que de les entendre à confesse... *

Comme un chat qui se rapproche de sa proie avant de s'amuser avec elle en un jeu cruel, l'abbé Guibourg surgit des escaliers d'un pas souple et se porta sans se presser à la rencontre des deux inconnues. Elles avaient découvert leurs visages, mais à première vue ils ne lui disaient rien, ce qui le confortait dans l'idée d'une rencontre fructueuse. Il ne s'agissait en tout cas pas de quelque épouse de parlementaire, et il l'espérait pas non plus de dames de petite noblesse...

- Le bonjour, mes filles ! , s'écria-t-il en leur adressant un geste de bénédiction en arrivant à leur hauteur. C'est faire montre de grande piété que de se présenter à une heure si matinale dans la maison de Notre Seigneur !

Il jouait son rôle de prêtre débonnaire, atténuant ce que son regard pouvait avoir de terrible et souriant de façon aimable. Il crut percevoir un léger frisson chez les inconnues, et c'était très bien : on devait tout autant croire à sa couverture qu'éprouver une crainte inexplicable. C'était là le secret de sa sécurité. Au parfum coûteux qu'exhalaient ces dames, il eut confirmation qu'il s'agissait de personnes de haut rang...

- Suivez-moi sans bruit, chuchota-t-il en s'approchant de celle qui semblait la plus hardie et avoir entraîné l'autre ici, désignant l'escalier descendant à la crypte. Il me semble que vous n'êtes point venues pour que je vous entende en confession, mesdames...

La crypte ! Aux dames de qualité il fallait des sensations fortes, elles qui étaient blasées de tout. L'ambiance de l'ossuaire, avec ses crânes aux orbites béants et ses ossements soigneusement alignés le long des parois dans des niches de plâtre, ferait pour le coup sensation et en donnerait aux belles pour leur argent en matière d'émotions. Certes, il prenait le risque de trop les effrayer et les voir prendre la fuite pour ne jamais revenir ; mais, par expérience, il savait que les femmes issues de la haute aristocratie, voire de la Cour, étaient bien moins timorées que leurs semblables de naissance plus modeste et avaient un certain goût pour l'étrange et le sensationnel. Surtout en ces temps où l'on ne parlait que d'intrigues malsaines et de sortilèges en tous genres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 13 Jan - 19:14

*En effet, Athénaïs, après de longues discussions tard la nuit au coin du feu, s'était finalement laissée convaincre par Gabrielle de se procurer des philtres d'amour, afin de s'assurer la fidélité de Louis, qui semblait de plus en plus regarder les petites courtisanes de passages et autres jeunettes nouvelles arrivées à la Cour, ce qui bien entendu rendait folle de jalousie la marquise de Montespan. Les deux soeurs Mortemart partirent donc sur les coups des 4h du matin pour arriver en l'Eglise St-Marcel de St-Denis fort tot dans la matinée, pour être sures de ne croiser personne et ainsi de ne point attirer les soupçons. Toutes deux drappées de noir, emmitoufflées dans leur cape, elles étaient méconnaissables et avaient pris soin de ne pas revêtir de tenue trop "tappe-à-l'oeil" afin que leur condition de dame de la Cour ne soit point trop évidante pour toute personne qui malheureusement les croiserait.

Lorsqu'elle pénétrèrent dans le lieu saint, Athénaïs frissonna tant la vue de l'intérieur de l'établissement lu partu lugubre. C'était à faire froid dans le dos! Elle jeta un coup d'oeil déconcerté à Gabrielle, qui semblait bien sure d'elle et l'assurait qu'il n'y avait aucun risque, que l'homme était connaisseur
(HJ: désolée j'ai pas pu m'en empêcher...) et qu'il pourrait à coup sûr lui venir en aide. La favorite avait toute confiance en sa soeur, même si pour l'heure, elle n'avait qu'une envie, celle de tourner les talons et de rentrer au plus vite afin d'oublier cette escapade. Elle hocha malgré tout la tête, pour acquiescer à ce que sa soeur lui disait. Heureusement qu'elle était là, sinon la marquise n'en mènerait pas large. Au bout de quelques instant, un prêtre fit son apparition. Il faisait peur à voir, il était pour ainsi dire assorti à l'Eglise dans laquelle il officiait! Cependant, Athénaïs ne laissa rien paraitre de sa frayeur sur son visage, se contentant d'esquisser un mouvement de tête pour saluer poliment le prêtre. Il leur dit qu'il lui semblait qu'elles n'étaient point là dans le but d'être confessées, et il avait raison. La marquise l lui confirma en clignant des yeux et hochant doucement la tête. L'homme les invita à le suivre. Les deux soeurs échangèrent un bref regard puis finalement lui emboitèrent le pas. La favorite royale avait un mauvais pressentiment, mais à présent il était trop tard pour reculer.*

Mon dieu, il nous emmène dans la crypte! pensa Athénaïs en effectuant un nouveau signe de croix.

* Sans pour autant s'arrêter de marcher, suivant toujours l'abbé Guibourg, Athénaïs fit de grands yeux à sa soeur pour lui signifier que l'endroit ne lui disait rien qui vaille. Mais elle semblait fort peu s'inquiéter de cela. Le coeur de la marquise voyait son rythme s'accélérait à mesure que la petite expédition s'enfonçait dans le bâtiment. Elle qui avait si peur de la Mort, se trouver au milieu d'ossements humains ne lui inspirait pas une grande confiance. Mais toujours maitresse d'elle-même, elle tâchait de ne pas montrer son malaise. *

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Jeu 14 Jan - 9:16

L'abbé Guibourg précédait ces dames dans l'étroit escalier tournant qui s'enfonçait sous terre entre deux parois de pierre froide. Descendant lentement les marches usées par les siècles, les mains jointes et tous les sens aux aguets, il pouvait sentir la peur qui faisait frémir l'une, et la curiosité qui s'emparait de l'autre.

- Ne vous signez pas, malheureuses ! , chuchota-t-il en poursuivant sa descente sans les regarder. Mon Seigneur exige de vous une totale confiance...

Il n'était pas du tout certain qu'elles se soient signées, mais c'était en règle générale le réflexe qu'avaient les débutantes, et elles en étaient assurément. Enfin ils parvinrent aux dernières marches. La crypte n'était éclairée que par quelques chandelles diffusant une lumière dansante qui semblait animer le macabre décor déployé sur l'ensemble des quatre murs. Guibourg s'arrêta au centre de la salle, tournant toujours le dos aux inconnues. Il leva les bras vers la voûte humide en psalmodiant des paroles incompréhensibles, puis se retourna brusquement vers les deux dames et les considéra un instant en silence afin de fixer chaque détail de leurs traits dans sa mémoire.

- Vous savez qui je suis et quel est mon office, puisque vous êtes ici... Je ne vous demanderai pour ma part ni qui vous êtes, ni qui vous envoie. Mais en retour vous me devrez promettre que tout ce que nous dirons et ferons restera couvert du plus grand secret. Un seul mot imprudent, et vous serez en grand danger, autant vous mettre en garde tout de suite ; les forces dont vous venez chercher le secours ignorent l'indulgence... Et pour garantie de ce serment, je vous demanderai de me laisser prélever à chacune quelques cheveux. Ce n'est pas douloureux, rassurez-vous...

Il prit à chacune précisément trois cheveux, les plaçant dans deux petits morceaux de parchemin qu'il plia soigneusement. Avoir sa main si près de ces peaux délicates à la blancheur parfaite et parfumée, et ne les pouvoir toucher, quel dommage ! Il y avait fort longtemps qu'il n'avait troussé une dame de noble lignage, et le désir allumait une étincelle dans son regard qui ne perdait rien du spectacle de leur gorge animée par le rythme rapide d'un souffle trahissant la peur. Aussi avait-il pris tout son temps pour choisir parmi les lourdes boucles les cheveux qui lui conviendraient...

- Fort bien, mes filles. Cette petite formalité étant réglée, dites-moi à présent, je vous prie, ce que je puis faire pour vous ? Je lis dans votre âme, madame, dit-il à celle qu'il avait identifiée comme la vraisemblable demanderesse, que c'est un amour dont vous n'êtes pas certaine qui vous amène à moi... Sachez que je ne me contente pas de nouer ou dénouer l'aiguillette, d'unir ou de désunir, comme le font les bonimenteurs de foire. Les puissances que j'invoque et les fruits de la science qu'elles m'accordent sont susceptibles d'accéder à toutes vos requêtes... pourvu que vous soyez prêtes à en payer le prix, et je ne parle pas là seulement d'argent... Parlez sans crainte, ma fille, et je ferai le nécessaire pour que vous soyez exaucée.

Guibourg était au fil du temps passé maître dans l'art de s'emparer du moindre indice pour impressionner ses proies ; c'était là l'une des règles fondamentales du métier de l'ombre : savoir observer et écouter, lire entre les lignes ou dans la moindre expression, pousser sans y paraître à laisser percer ce que l'on voulait taire. Et ensuite faire croire à quelque pouvoir de divination... Le risque de se tromper était mineur. Les femmes commençaient en général par des sortilèges amoureux, le poison venait après, quand elles avaient pris en la matière quelque assurance. Et la tentation de l'empoisonnement éveillait de toute façon un éclat particulier qu'il n'avait pas décelé dans le regard des deux inconnues. La confusion engendrée par tous les artifices effrayants dont il usait pour ces entrevues secrètes faisait le reste. Maintenant, il était à l'affût : tout ce qu'elles allaient dire, chacun de leurs gestes et chacune des expressions de leur visage lui fourniraient de précieuses indications pour refermer sur elle un piège qu'elles ne soupçonnaient sans doute pas, malgré la frayeur qu'il distillait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Jeu 14 Jan - 12:19

* Surprise de prime abord que ce monsieur ait pu savoir ce qu'elle avait fait alors qu'il avançait devant elles sans s'être retourné une seule fois, la marquise de Montespan comprit ensuite que ce n'était pas d'un don de magie divinatoire qu'il avait deviné qu'elle s'était signé, mais bel et bien du fait que tout le monde devait le faire. elle n'était pas duppe, cet homme devait fort bien manier son affaire et tromper son monde. A présent, il les testait. Athénaïs reprit contenance, même si le lieu lui donnait froid dans le dos, elle tâchait de paraitre le moins anxieuse possible. Ils arrivèrent enfin dans cette maudite crypte. Mon dieu, que penserait-on d'elle si on la savait en pareil endroit? La marquise tâcha d'effacer cette pensée de son esprit, et de garder principalement en tête l'objet de leur visite à l'abbé, c'était sans doute le seul moyen de ne pas céder à la panique et sans doute à la raison qui la pousserait à faire demi-tour. L'homme prononça d'étranges paroles que ni Athénaïs ni Gabrielle ne comprirent. Sans doute cherchait-il à les effrayer. Les deux soeurs ne purent qu'échanger un regard déconcerté d'une seconde avant de reporter leurs yeux azur sur Guibourg. Elles hochèrent lentement la tête lorsqu'il leur intima le souhait que toute leur entrevue devait rester secrète. *

S'imagine-t-il que nous allons nous en vanter?? ne put s'empêcher de penser Athénaïs.

* La chose lui paraissait si évidente! Jamais elle n'irait conter cela lors d'un salon. "eh ne savez-vous pas la dernière? L'autre jour, avec ma soeur, nous ne savions que faire, alors nous nous sommes dit "pourquoi ne pas aller chez un sorcier?", et nous voici parties, sur les coups des 4h du matin, à traverser tout Paris en carrosse afin que de trouver une lugubre chapelle, histoire de finir notre promenade dans une crypte et de nous faire arracher des cheveux par un homme des plus étranges et qui sentait le renfermé" ! Non mais vraiment, parfois, c'était à se demander où les hommes ont la tête.
L'abbé leur précisa donc qu'il leur prélèverait quelques cheveux. Voilà qui n'enchantait guère la marquise, mais puisqu'il le fallait... L'idée de savoir cet homme si repoussant si près d'elle, de son visage, ne lui plaisait guère. Elle ferma les yeux lorsqu'il tripota ses boucles afin de choisir les cheveux qui lui conviendraient. Il s'occupa ensuite de Gabrielle, tandis que la favorite tentait de se remettre de ses émotions. Enfin, l'abbé s'adressa à elle. Il lisait dans son âme, qu'il disait. Soit, alors il devrait sans doute savoir l'objet précis de leur visite. Il semblait d'ailleurs en avoir l'habitude, sans doute que beaucoup de femmes venaient pour les mêmes raisons. Une idée sordide traversa l'esprit de la marquise: et si l'empoisonneur (ou les) qui sévissait à la Cour se servait chez lui? Elle pencha d'un centimètre sa tête sur le coté afin que d'effacer cette pensée. Ce n'était pas le moment de se poser toutes ces questions. Maintenant qu'elle était là, impossible de faire marche arrière, il fallait se lancer.*


-Soit monsieur, je suis prête à tout pour garder le coeur de celui que j'aime. Je veux qu'il ne regarde aucune autre femme, qu'elles lui paraissent toutes fades et sans intérêt, je veux être la seule qui compte, qu'il m'aime de toute sa personne et que ma présence lui soit indispensable.

* Tout semblait avoir été dit. L'homme prétendait pouvoir éxaucer tout ce qu'elle demanderait. Alors cette requête ne devait sans doute pas l'impressionner, sans doute que pour lui, rien n'aurait été plus simple. Athénaïqs espérait tant de cette rencontre. Elle était au désespoir. Non seulement il y avait Louise et ses autres rivales de la Cour, mais à présent voilà même que ses amies tentaient de l'évincer. Il fallait donc vite remédier au problème. La marquise prit un peu plus d'assurance et planta ses pupilles dans celles de l'abbé, lui montrant d'un regard sa détermination. Elle savait ce qu'elle voulait et ne tolèrerait aucun échec. *

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Jeu 14 Jan - 17:03

Gabrielle était partagée entre frayeur et curiosité : frayeur car l'aventure était risquée et le prêtre aussi lugubre que son église et son commerce, curieuse car la magie l'interloquait et cela la démangeait de découvrir s'il était charlatan ou non. A entendre cet abbé, n'importe quel candide pourrait le croire en contact avec les forces du mal *et pourquoi pas le diable tant que nous y sommes ??* Gabrielle n'était pas née de la dernière pluie et n'entendait pas se laisser berner. Ainsi, elle ne manqua aucune des paroles ni aucun des gestes de ce Guibourg. S'il croyait les impressionner en les observant, la marquise ne se laisserait pas faire aussi facilement. Elle ne perdrait aucune miette de la scène qui allait se passer ...

Evidemment, la descente vers la crypte n'était pas son idée préférée mais il ne fallait pas reculer ni montrer à cet abbé qu'il avait quelques pouvoirs sur ses novices. Aussi, se contenta-t-elle de suivre sans dire un mot, sachant que le son de sa voix ne serait qu'un indice de plus pour une identification éventuelle. Malgré l'accélération de son rythme cardiaque, elle prit soin de bien respirer. La crypte était encore plus lugubre ! Au moins, personne ne viendrait les chercher ici ... Ce qui n'était pas des plus rassurant si jamais il y avait quelque imprévu. *Soit, gardons notre calme, récupérons ce philtre et partons !*

Gabrielle n'apprécia pas du tout le regard de Guibourg au moment où il leur prélevait leurs cheveux. La lueur de son visage laissait entrevoir qu'il se faisait bien rémunérer dans son commerce, pas uniquement en argent ... Aussi, ne ferma-t-elle pas les yeux, à l'inverse de sa soeur, mais le fixa-t-elle droit dans les yeux. Non, l'abbé n'avait pas intérêt à tenter une approche ou à faire autre chose d'indélicat sinon elle se vengerait ... Pourquoi tant de méfiance demanderez-vous de la part de l'instigatrice de cette expédition ? Gabrielle les mettait dans une situation délicate en se rendant chez ce sorcier de l'Eglise, en contact avec tous les empoisonneurs et charlatans des bas fonds de Paris qui devaient fournir les meurtriers de la Cour ... Et si Guibourg avait fabriqué le poison ayant assassiné Madame ? Elle ignorait que cette même pensée traversait l'esprit d'Athénaïs mais à coup sûr, cet épisode donnerait matière à en discuter longuement ...

Promettre de ne pas en parler ? Il n'y avait nul besoin de le préciser. Elles étaient certes nouvelles à la commande de ce genre d'artifices mais elles n'étaient pas stupides. Il ne valait mieux pas se vanter de ce genre de choses en salon. Cela resterait strictement entre elles deux. Précision donc fort inutile. Au moins, l'abbé était professionnel sur ce point-là ... Athénaïs lui révéla la raison de sa venue ... Gabrielle s'était posée en simple spectatrice et attendit la réponse de l'abbé ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Ven 15 Jan - 18:01

( HJ : excellent, chères amies. Athénaïs, j'ai failli m'estouffer de rire avec les pensées sur la discrétion de la rencontre Laughing )

L'abbé avait désormais la conviction que ses futures clientes étaient des dames de haut rang. Pour avoir fréquenté dans sa jeunesse les salons libertins et y avoir croisé de grandes dames, il en reconnaissait toutes les caractéristiques : noblesse du maintien, détermination sans faille, et cette forme de courage qui place la fierté et l'honneur de son rang au-dessus de toute autre considération... Et, ce qui ne gachait rien, elles étaient toutes deux d'une grande beauté. Avec de telles femmes, il allait falloir se montrer plus habile encore qu'à l'ordinaire, une telle aubaine ne se présentait pas souvent. Le jeu serait de les convaincre de revenir encore et encore, et d'aller toujours plus loin...

- Vous êtes résolue, madame, voilà qui me plaît et plaira à mon Maître ! , répondit l'abbé après un silence durant lequel il les avait dévorées des yeux. Vous n'êtes pas de ces personnes impressionnables qui frémissent devant la première diablerie venue, si je ne me trompe, nul besoin pour cela d'être devin. Aussi serai-je franc et irai-je droit au but avec vous.

Il marqua une pause, et considéra un instant la compagne de la demanderesse. Celle-ci était curieuse, et sa curiosité serait un atout. Tout en prenant grand soin de sa cliente, il devait donc s'assurer de captiver assez sa compagne pour en faire une alliée qui la pousserait à revenir.

- Votre affaire est entendue. Nous ferons le nécessaire pour que celui qui a l'heur de vous plaire, et, si je puis me permettre, le mauvais goût de ne point apprécier à sa juste mesure l'honneur d'être aimé de vous, vous soit à jamais et exclusivement attaché... Vos propos laissent entendre que ce monsieur est volage, nous devrons donc agir en plusieurs directions, et cela peut demander du temps. Mais procédons méthodiquement...

Il sourit, et se tourna vers l'une des niches de plâtre, souleva un crâne et en sortit une petite fiole contenant une poudre brunâtre. Tout cela de sorte que ces dames ne manquent rien du spectacle, bien entendu. Puis il se tourna à nouveau vers la demanderesse et lui tendit le flacon.

- Vous prendrez la moitié de cette poudre que vous placerez dans un morceau de linge ayant été en contact avec la peau de votre aimé, et porterez sur vous ce talisman en permanence. Si l'homme en question pouvait de temps à autres toucher l'endroit où ledit talisman est dissimulé, ce n'en serait que mieux... Chaque vendredi durant trois semaines, vous prendrez soin de mêler un peu de poudre, disons la valeur de deux pois, à quelque boisson destinée à votre amant, ou encore dans de la confiture ou du ragoût. N'ayez crainte, il n'en sentira le goût... Nous commencerons ainsi, et monsieur votre amant, par les pouvoirs de cette poudre et des sortilèges que je dirai pour vous, sera pris à votre égard d'une passion qui commencera à l'enchaîner à vous.

Il avança droit en direction de celle dont il ignorait qu'elle était Mme de Thianges, lui adressa un petit sourire lourd de sens accompagné d'un regard caressant. Puis il la contourna pour aller fouiller dans une autre niche, sous un autre crâne. Il en revint avec dans une main une lancette dont la lame étroite luisait d'une façon sinistre, et qu'on aurait put prendre pour un petit poignard ; dans l'autre, une fiole de verre épais, un morceau de parchemin et une plume d'oie noire. Il leur fit signe de s'avancer ensuite avec lui vers un petit autel placé au centre de l'un des côtés de la crypte et sur lequel il posa une partie de son attirail.

- Pour la seconde étape, j'aurai besoin, madame, d'un peu de votre sang, dit-il à la demanderesse, la lancette à la main. Tendez, je vous prie, votre main gauche. Ce ne sera pas douloureux et vous prétexterez quelque blessure inopinée.

Il incisa délicatement l'intérieur de l'index de la dame, juste pour faire perler un peu de sang qu'il recueillit dans la fiole. Ensuite, il prit la plume noire, l'imbiba d'une goutte de sang frais et la tendit à sa cliente.

- Approchez de l'autel, je vous prie, madame, et inscrivez sur ce parchemin le nom sous lequel vous voulez vous faire connaître de mon Maître, et celui sous lequel sera évoqué votre aimé. Ne réfléchissez pas, suivez votre première impulsion... Cela servira aux incantations qui renforceront les effets de la poudre, mais scellera aussi le pacte par lequel vous sollicitez l'aide de mon Maître...

Enfin, il tamponna le doigt blessé avec un linge douteux, mais qui en quelques instants fit cesser tout saignement. Il vit que la compagne de la dame ne perdait pas un détail de ce qui se passait. Elle devait en savoir plus qu'elle n'en laissait paraître en matière de choses étranges, et en tout cas elle n'était pas insensible à ces sciences défendues.

- Voilà tout pour ce jourd'hui ! Avec ce que j'ai prélevé, je vais préparer pour vous une seconde poudre. Il serait risqué que vous vous présentiez deux fois de suite en cet endroit, on ne sait jamais. Et en hommage à votre grande beauté, je me chargerai moi-même de l'affaire. Convenons d'un lieu discret où nous retrouver à Versailles, samedi soir, dans deux semaines... Et vous vous demandez sans doute quel est le prix de mes services ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Lun 18 Jan - 2:11

* Athénaïs échangea discrètement un nouveau regard avec Gabrielle, comme pour se redonner un peu de contenance. Toute cette aventure la retournait intérieurement, elle avait l'impression de faire une grosse bétise d'un coté, mais de l'autre elle avait l'intime conviction que c'était sa dernière chance de garder le Roy pour elle seule, sans quoi elle se retrouverait abandonnée de lui, sans qui elle n'était rien, et finalement de tous.
L'abbé la qualifia de personne résolue, ce qu'elle était. La marquise esquissa un très léger sourire, manière en quelque sorte de se rassurer elle-même. Elle hocha doucement la tête lorsqu'il annonça que l'affaire était entendue. Légèrement rassurée, la favorite élargit très légèrement son petit sourire. Mais l'abbé disait sans doute tout cela dans le but de l'amadouer. Dire ce que l'on veut entendre, ce sont là les ficelles de tous les charlatans. Il faudrait du temps, d'après les dires de l'abbé. Voilà qui ne rassurait pas la marquise. Combien de temps cela prendrait-il? Quelles folies allait-il lui faire faire? Voilà qui commençait quelque peu à l'effrayer. Elle le regarda, non guère plus rassurer, sortir un petit flacon d'un crâne et le lui tendre. Athénaïs le prit et le dissimula dans une poche intérieure de sa cape, sans pour autant lacher des yeux l'étrange homme de l'ombre qui lui faisait face. Elle hocha la tête doucement. *


-C'est entendu, je le ferai.

* Ce rituel lui semblait fort étrange, mais puisqu'il le disait, c'est qu'il devait avoir l'habitude. Aussi, commença-t-elle à imaginer ce qu'elle ferait, ce qu'elle dirait, dans quoi elle lui ferait prendre la fameuse et étrange poudre au coloris fort peu ragoutant... Elle priait intérieurement pour que cette mixture ne rende pas le Roy malade, voire pire, car là, il n'y aurait rien ni personne pour la sauver. Mais elle chassa cette idée sordide de son esprit en se disant que d'une, l'abbé ne pourrait deviner à qui cette poudre était destinée, et de deux, il n'était pas dans l'intérêt de son commerce de ne pas satisfaire ses clients et de faire mourir les personnes que ceux-ci souhaitaient voir vivre.
La marquise trouva fort étrange la façon dont l'homme d'Eglise, si l'on eut pu qualifier ainsi Guibourg, regarda sa soeur. Elle grimaça de le voir si près d'elle, sans bien sûr qu'il s'en aperçoive. Enfin, il lui annonça qu'il aurait besoin de son sang. Quelle était encore cette nouvelle idée saugrenue? A peine s'était-elle rassurée, qu'il fallait qu'une autre chose étrange et occulte vienne s'ajouter à ce lot d'émotions. Soit, puisqu'il le fallait... Courageusement, du moins autant qu'elle le pouvait, la favorite s'vança vers l'autel avec l'abbé, qui lui piqua l'intérieur de l'index de la main gauche avec une petite lame et recueillit quelques gouttes de sang. Il lui faudrait à présent écrire des noms en trempant une plume d'oie dedans. Quel étrange rituel. Mais après tout, il n'y avait là rien de bien étonnant; de sa main droite, la marquise s'éxécuta, et écrivit "Françoise" sur l'un, et "Louis" sur l'autre des bouts de parchemin qui lui avait remis l'abbé. Elle les plia soigneusement, du moins autant qu'elle le put avec son index gauche entouré du douteux tissus, qu'elle rendit ensuite à l'abbé.
Elle regarda ensuite l'homme dans les yeux, sans aucun sentiment particulier. Pourquoi souhaitait-il les voir à Versailles? Cela semblait risqué, d'autant qu'il se douterait un peu trop facilement de leurs identités.*


-Pardonnez-moi, mais j'aime mieux Paris.

* Puis, elle hocha la tête en souriant. Il voulait parler argent? Mais son prix n'avait pas d'importance, pour le coeur de Louis, Athénaïs aurait donné n'importe quoi, cela allait sans dire. Qu'il annonce!*

-Je vous écoute, votre prix sera le mien. Mais attention, n'essayer pas de me tromper.

* Sa voix se voulait ferme, sans pour autant être autoritaire. Il fallait que l'abbé comprenne qu'il n'avait pas non plus affaire à la dernière des idtiotes et qu'elle ne se laisserait pas duper.*

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Lun 18 Jan - 20:06

HJ : Guibourg, veux-tu poster tout de suite ou ai-je le temps d'ici à demain soir de poster quelque chose ? tu ne crois tout de même que je vais te laisser m'approcher comme ça et taillader le doigt de ma soeur ?? lol

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mar 19 Jan - 11:06

( HJ : non, non, très chère, nous attendons que vous postiez, aucun problème Wink Il ne fallait pas l'amener à St-Marcel, ta soeurette, maintenant c'est trop tard : elle est impliquée jusqu'au cou ! Twisted Evil )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mar 19 Jan - 11:49

HJ: ouai et elle en est ravie à un point, vous n'imaginez même pas! Elle va faire des cauchemars jusqu'à la fin de sa vie ka pauvre Sad

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mar 19 Jan - 20:48

HJ : "ah, ah, ah, ah" à la rosenbeeeeerg, "meme pas peur", non mais OH !!! Désolée pour ce post vraiment pas top ...

Aux regards fréquents que l’abbé lui lançait, Gabrielle comprit qu’elle faisait partie du plan et malgré sa position d’observatrice, elle était observée et moins inactive qu’elle ne le pensait. Que savait l’abbé ? Qu’avait-il deviné ? Qu’essayait-il de faire ? Une chose était sûre, elle détestait sa manière de les dévisager mais se garda bien de le montrer … *Monsieur … volage ? Effectivement, Monsieur est volage mais je doute qu’il ne sache pas apprécier la beauté et l’esprit d’Athénaïs, pensa-t-elle* L’abbé croyait tout savoir, or, il se trompait. Qu’importe, il fallait le laisser croire ce qu’il voulait bien pour le tester. Aussi, ne laissa-t-elle rien paraître sur son visage comme pour soutenir sa sœur, qui lui lança un regard de connivence pour se donner un peu de courage. Elle répondit d’un regard ferme signifiant « Allons, nous y sommes ! »

Voilà maintenant qu’il sortait une poudre d’on ne sait où, faite d’on ne sait quoi, la poudre pour laquelle elles s’étaient aventurées en terrain inconnu, la poudre miracle. Gabrielle haussa un sourcil, entre ridicule et dédain. Venue par curiosité, elle était maintenant sceptique… et inquiète. Des questions s’imposèrent de nouveau dans son esprit : Et s’il les trompait ? Et si cette poudre n’était qu’un leurre ? Etait-elle sûre ? Ne mettrait-elle pas la vie en danger de sa sœur et bien pire, celle du Roy ? Vu le climat de paranïa qui régnait à Versailles ces temps-ci, un malheur causé par la poudre serait la pire catastrophe, l’annonce de leur disgrâce, la honte … par sa faute. Gabrielle pria également en son for intérieur de ne pas avoir eu une idée sotte aux conséquences indésirables et irrémédiables. En voyant « l’abbé » ainsi s’approcher d’elle, son cœur fit un bond et une légère grimace de dégoût glissa sur son visage. Elle jeta un regard tout aussi évocateur envers sa sœur. Désormais, elle considérerait autrement les flatteries des courtisans !!

La suite la laissa également sans voix car elle ne parvenait pas à trouver l’utilité d’une telle incision – qui finalement se révéla après. La patience est une vertu mais entre la peur et la curiosité, les réponses se font parfois désirer…
*Inscrire un nom sur un parchemin ??? Oh, mon Dieu, il faut être fine pour ne pas se trahir* Se faisant, elle regarda Athénaïs et tenta en vain de voir les prénoms qu’elle avait inscrits sur la feuille.

Voyant le rituel se terminer ainsi, elle laissa échapper sur un ton assez sec ce qui furent certainement ses premiers mots à l’intention de Guibourg :


-Est-ce là tout ?

*J’espère qu’il n’est pas un charlatan de bas étage ! En plus demander de les retrouver à Versailles, quel culot ! Nos manières nous ont trahis …* La marquise fut soulagée qu’Athénaïs décline et impose une rencontre à Paris ce qui lui esquissa un léger sourire sur le visage … peut-être s’est-il vu ? Quoiqu’il en soit, elle ne laisserait pas sa cadette s’y rendre seule, elle l’accompagnerait fidèlement jusqu’au bout de l’aventure !
Voilà qu’elles en étaient au prix, toute son attention était requise. Elle était fière de sa sœur qui ne laissait rien paraître et tenait son rôle
!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 20 Jan - 0:06

Si les démons qu'il invoquait régulièrement pouvaient être de quelque utilité, qu'ils fassent que ces deux dames deviennent de régulières clientes ! Combien il était agréable de se mesurer à des personnes d'un tel rang, si expertes dans l'art de l'intrigue et si fières de leur sang qu'elles en oublient la peur qui figerait le commun des mortels ! Diable, c'était en effet de loin plus distrayant que de se frotter au menu fretin habituel, aux femmes de parlementaires superstitieuses qui réciteraient mille prières en rentrant chez elles, ou au dames de petite noblesse voulant se hausser au-delà de leur condition. Il sentait dans ces têtes charmantes les idées qui s'agitaient, et se savait observé tout autant qu'il observait. Il admirait la constance, cette force de caractère qui dépasse les craintes animales et pourvoit aux grands destins.

- C'est tout en effet, mesdames ! Tout au moins pour l'heure, dit l'abbé avec une esquisse de révérence et un sourire radieux. Je puis vous assurer sur ma vie de l'efficacité de cette première poudre ; je ne connais nul homme qui y puisse résister si l'on fait comme j'ai dit.

Il avait visé juste en suggérant un prochain rendez-vous à Versailles. Il s'agissait bien de dames de la Cour... Mais la demanderesse ne se laissait pas égarer par la mise en scène. Elle savait protéger ses arrières, voilà qui n'en était que mieux.

- Si fait, madame, vos souhaits sont un ordre auquel je me plierai volontiers. Je ne parlais de Versailles que pour votre commodité, madame. Mais vous avez raison, Paris nous garantira un anonymat que nous souhaitons tous trois. Voici donc ce que je vous propose : venez samedi dans deux semaines faire vos dévotions à Nostre-Dame, juste après Vêpres... D'ici-là, j'aurai préparé votre seconde potion, laquelle vous coûtera trois pistoles...

Guibourg marqua une pause, savourant le parfum délicat de ces dames qui flottait dans la crypte. Un bruit de pas dans la nef, au-dessus d'eux, lui rappela que bientôt aurait lieu l'office et que mieux valait à présent ne point trop s'attarder... à moins que l'on n'attende en ce lieu souterrain la fin de celui-ci ?

- Pour la poudre d'aujourd'hui, je vous demanderai l'une de vos boucles d'oreille. Il vous faut payer ce premier service avec quelque chose que vous portez sur vous et auquel vous teniez.

Il leva les yeux vers la voûte. On le cherchait sans doute pour préparer la célébration de la messe du matin.

- Nous devons prendre congé, mesdames, à mon grand regret. C'est bientôt l'office du matin et nous ne devons point être découverts. Je vais monter le premier, et lorsque je vous ferai signe, vous pourrez vous éclipser. Rabattez votre manteau sur votre visage. Lorsque nous serons en haut, je vous donnerai ma bénédiction, et nous nous séparerons. C'est un grand plaisir et un honneur de vous servir, mesdames. N'hésitez point à reprendre contact avant notre prochain rendez-vous, pour quelque raison que ce soit. Paris est truffé de charlatans en tout genre, mais je me fais fort d'être l'un des rares à exercer une science qui nous vient de fort loin. Vous avez frappé à la bonne porte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 20 Jan - 0:38

* L'abbé savait fort bien l'art de la mise en scène et du parlé, mais les deux marquises, en tant que Mortemart, ne les maniaient que'à la perfection également, et elle n'auraient su se faire dupper par tout cela. Athénaïs se contenta de regarder Guibourg qui l'assurait, lui promettait presque de manière irrévocable le succès futur de ce premier "sort" qu'il lui donnait. Soit, elle le verrait bien d'elle-même. *

-Je ferai ce que vous avez dit, lui assura-t-elle alors.

* La favorite ne voulait surtout pas que'il s'obstine à les étiqueter comme "dames de la Cour", car ceci risquerait certainement de leur attirer des ennuis.*

-Versailles n'aurait certainement pas été un lieu plus commode puisque nous sommes le plus clair de notre temps à Paris, dit-elle avec conviction.

* Elle espérait qu'ainsi il les prendrait pour deux dames de salons, telles Ninon de L'Enclos ou Madame se Sévigné. Inutile qu'il les sâche si proches de la famille royale, voilà qui risquait de finir par les attirer dans un engrenage de chantage et de risques inutiles à courir. Voilà à présent qu'il lui parlait de prix, de manière plus concrète. Trois pistoles, voilà qui était tout à fait dans ses moyens, même si pour le commun des mortels ç'eut été fort cher payer. *

-C'est entendu pour trois pistoles.

* Athénaïs enreigstra le lieu et l'horaire dans un coin de son esprit. Il était certain qu'elle n'oublierait pas un rendez-vous de cette importance. Mais encore, l'abbé lui demanda une boucle d'oreille. Quelle étrange demande, pourquoi souhaitait-il avoir un bijoux, surtout qui était sensé aller par paire, alors qu'ils aurait pu avoir de l'argent, qui lui eut été bien plus uitile. La favorite, de surprise en resta bouche bée quelques secondes. Cette demande l'embêta quelque peu, d'autant qu'elle portait là des boucles offertes par Louis, et bien que celui-ci, dans sa grande générosité, la couvrait de présent, il savait toujours parfaitement ce qu'il lui avait offert. surprise par le bruit de pas qui provenait d'en haut, elle leva une seconde les yeux vers la voute, avant de les reporter sur Guibourg. Quelque chose qu'elle portait sur elle et auquel elle tenait... Eh bien soit.*

-Pourrais-je la récupérer la fois prochaine?

* Elle commença à décrocher son pendant en saphir sans quitter l'abbé des yeux. Il était vraiment surprenant et effrayant, d'autant que son attitude était assez originale. Elle lui tendit la boucle d'oreille qu'il avait réclamée et se plaça ensuite à coté de sa soeur. Il était à présent temps de partir, et ce n'était pas de refus.*

-Soit, nous nous en souviendrons...

* Athénaïs n'avait qu'une hâte à présent, regagner son carrosse et repartir chez elle avec Gabrielle. Ce lieu lui donnait tout simplement froid dans le dos. Une fois que l'abbé commença à monter dans l'escalier afin d'atteindre l'intérieur de la chapelle, Athénaïs prit la main de sa soeur.*

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mar 26 Jan - 21:20

(HJ : désolé pour le délai de réponse, chère Athénaïs, cliente VIP ; je pensais que Mme votre soeur voudrait peut-être dire quelques mots : elle semble muette tout à coup, sans doute la frayeur (j'espère qu'elle n'a pas pris froid dans notre crypte...) ... Je réponds donc, au pire nous éditerons si cette chère Gabrielle souhaite intervenir Wink )

L'abbé sourit quand la dame prétendit passer le plus clair de son temps à Paris. Il n'était pas né de la dernière pluie et ne saurait confondre petite et haute noblesse, précieuse de salon et dame de la Cour. Certaines manières ne trompent pas pour un oeil averti. Mais la cliente est reine, et Guibourg feignit de bonne grâce de croire à ces balivernes ; pour l'heure il s'agissait de s'assurer que la dame deviendrait une cliente régulière...

Elle acceptait le prix sans sourciller, et pourtant il était relativement élevé. Autre signe qu'elle n'était pas aussi modeste qu'elle voulait le laisser à penser. Une épouse de nobliau ou de parlementaire aurait peiné à justifier une telle dépense auprès de son époux, et cela se serait lu sur son visage.


- En principe non, madame, répondit-il en prenant délicatement la boucle d'oreille. Mais pour une personne aussi exquise que vous, je puis bien faire une exception. Je me servirai de ce joyau pour le travail sur notre affaire, puis je vous le rendrai à notre prochain rendez-vous... En échange, dirons-nous, d'un fragment d'étoffe provenant de l'un de vos vêtements et de la somme qu'il vous plaira de me donner en fonction des résultats déjà obtenus...

Comme il l'avait dit, il monta le premier dans l'escalier menant à l'église. Elles étaient pressées de partir, et lui soucieux de ne pas éveiller la curiosité des paroissiennes les plus dévotes qui devaient déjà avoir pris place dans la nef principale.

* La bougresse a l'esprit vif et veille à ne point se compromettre, pensa l'abbé en montant les marches d'un pas léger. Evidemment, ne plus porter un bijou offert par son aimé, c'est éveiller les soupçons... L'esprit de cette dame est encore plus porté aux excès pour parvenir à ses fins que je ne le pensais... Voilà qui est fort bien ! *

Il jeta un oeil dans l'église, la voie était libre. Il fit signe aux dames de rabattre leur manteau sur leur visage et de se glisser comme lui hors du passage de la crypte jusqu'au point du collatéral où il s'arrêta. Il se tourna alors vers elle, avec un regard qui se voulait à la fois aimable et suffisamment inquiétant pour assurer la pérennité de son commerce. Puis il leva la main droite et leur adressa un geste de bénédiction en prononçant une formule en latin.

- Vade in Pace, allez en paix, mes filles, dit-il simplement en s'inclinant juste ce qu'il fallait pour que cela soit convenable. Que Dieu vous garde d'ici à notre prochain entretien !

Il les considéra un instant, puis leur fit signe qu'elles pouvaient se retirer. Les fidèles commençaient à prendre place dans l'église pour l'office du matin. Soudain, il posa sa main sur le bras de celle dont il ignorait qu'elle était Mme de Thianges, pour la retenir brièvement.

- Ma fille, lui murmura-t-il avec un sourire entendu. Je vous entendrais bien volontiers en confession... Songez-y, pour le salut de votre âme, bien évidemment...

Ces paroles dites, il la lâcha et laissa cette fois les deux dames s'éloigner dans la pénombre du collatéral. Il savoura un moment encore leur parfum délicat qui flottait dans l'air, puis s'en retourna à ses occupations de prêtre. Il se dirigea vers la sacristie en vue de la célébration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Mer 27 Jan - 21:35

HJ : pardon, pardon, l'inspiration ne m'était pas revenue après le précédent post d'Athé et le temps est passé ...

Prix, boucle d'oreille, monnaie d'échange ... Evidemment, tous ces petits tours avaient un prix mais laisser une boucle d'oreille ... offerte par Louis était chose délicate. Lui qui avait si bonne mémoire et comptait bien les cadeaux offerts - certainement sur les conseils de ce cher cerbère des finances qu'est COlbert - il pourrait s'apercevoir d'une telle perte. Athénaïs étant une précieuse, elle n'égarait pas ses affaires. En somme, Gabrielle mettait sa soeur dans l'embarras. * silent *

Observant toujours l'abbé, elle se doutait qu'il ne croyait pas un mot de leur charabia mais au moins, il avait la décence d'en donner l'impression et ne laissait rien ou très peu paraître. La prochaine rencontre promettait d'être riche en nouvelles frayeurs. D'un côté, la marquise était soulagée de savoir qu'elle aurait lieu dans Paris. Bien entendu, nul n'est à l'abri du passage inopinné et indésirable d'une connaissance. Or, dans Paris, il y avait moins de chances de croiser un courtisant qu'à Versailles !

Quand le moment vint de s'effacer, Gabrielle ne put s'empêcher de ressentir quelques joies ... Mais, tout venant à point à qui sait attendre, il fallait s'en retourner avec méfiance et mystère pour ne point se compromettre. Il est vrai que les bigottes ont la langue aussi bien pendues que les courtisanes ...
Gabrielle, dernière du trio, les suivit dans l'escalier et rabattit son capuchon une fois dans le nef. L'église était encore relativement vide mais quelques regards se dirigèrent vers eux. Elle fit un signe de croix au moment de la bénédiction - oui Guibourg était peut-être un homme de l'ombre voire un charlatant (la réponse ne tarderait plus) mais il était prêtre ! Déterminée à partir, elle fût soudain retenue par Guibourg. Son sang se glaca lorsqu'il la saisit, son regard était aussi lugubre que son apparence. Que manigançait-il ?

Elle se contenta de sourire légèrement et de lui répondre tout aussi discrètement :

-Soit, mon âme est déjà perdue mais il faut bien accomplir son devoir chrétien !

Sur ses mots, elle se retira vivement, flottant telle une ombre dans l'allée latérale vers la sortie.
Dehors, le jour était clair et elles ne devaient pas trop tarder sinon leur couverture tomberait. Elles hatèrent le pas, sans rien dire dans les premiers instants tant le changement d'atmosphère était déstabilisant. Quelques rues plus loin, l'aînée et auteur de cette escapade brisa le silence :


-Je suis heureuse que nous en soyons sorties vivantes ... Pardonnez-moi pour tant d'inconfort !

Encore émue et retournée par les mots de Guibourg, elle saisit la main de sa soeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Jeu 28 Jan - 14:28

* Suivant le conseil de l'abbé, une fois dans la nef, Athénaïs masqua son visage à l'aide de sa cape, et après s'être signée face à l'abbé avec un hochement de tête, elle se dirigea vers la sortie, suivie de sa soeur qui, pour une raison qu'elle ignorait encore, avait mis quelques secondes avant de la rejoindre. Elle n'avait pas remarqué que l'abbé l'avait retenue un court instant, puisqu'elle était déjà dos à eux à ce moment-là.
Une fois à l'extérieur, la lumière du jour l'aveugla quelque peu, après être arrivé alors qu'il faisait encore nuit et avoir passé un long moment, un interminable moment pour être plus exacte, dans cette crypte sordide, le soleil de la matinée ne pouvait que lui arracher quelques clignements de paupières. Mais elle n'y prêta guère atention, se dirigeant machinalement vers le lieu où le carrosse les attendait, quelques rues plus loin.
Lorsque Gabrielle brisa le silence, Athénaïs posa ses iris bleutés sur elle, et tâchant de maitriser le tremblement de sa voix, lui répondit d'un air plus gaillard qu'elle ne l'était vraiment, alors que l'ainée se disait heureuse qu'elles en soient sorties vivantes.*


-Vous en doutiez?

* Mais Gabrielle saisit sa main, et la favorite n'eut pour réflexe que de la serrer un peu plus, trahissant la grande peur qui avait été, et qui était encore, la sienne. Qu'allait-il leur demander la fois suivante?*

Pourvu que cet homme ne soit pas un charlatant!


* L'idée de se faire dupper effrayait d'autant plus la marquise qu'elle prenait un risque énorme en se livrant à ce genre d'achats, et si l'homme était un arnaqueur, le danger était d'autant plus grand. Il vallait mieux ne pas y penser pour l'heure. Après tout, si Gabrielle l'avait assurée qu'il n'y avait pas de danger, c'est qu'elle en était certaine, sinon pourquoi l'aurait-elle fait? Bien sûr, quelque part en l'esprit de la marquise, une petite voix disait "l'erreur est humaine, Gabrielle peut s'être trompée..." ... Mais son désarroi quant à l'attitude du Roy était si grand qu'elle était prête à tout pour ne pas finir comme la Vallière. Enfin, à force de marcher, le carrosse était en vue. Il était grand temps de prendre le chemin du retour! Le cocher les voyant arriver ouvrit la portière et les aida à monter. Cette aide n'était pas de refus, les jambes d'Athénaïs tremblaient tellement qu'elle aurait été bien incapable, en plus génée par tous les tissus de sa robe, de grimper dans le carrosse toute seule. Elles s'installèrent donc face à face, quelques instants après, le carrosse prit la route qui les ramènerait à Saint-Germain en Laye. Athénaïs eut du mal à sortir de cette culpabilité qui l'avait prise depuis qu'elle avait mis les pieds dans cette chapelle. Elle regardait au dehors, incapable de reposer ses yeux sur sa soeur pour le moment.*

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Sam 30 Jan - 18:28

Athénaïs feignait d'être plus coriace qu'il n'y paraissait or elle était aussi bel et bien effrayée par par cet épisode. Dieu ce qu'elles étaient folles pour faire cela ! Tentant de ne pas effayer davantage sa cadette, elle ironisa sa réponse :

-Eh bien, cet abbé semblait si lugubre et ses manigences si étranges qu'il me fit légèrement froid dans le dos ! Pas vous ? Je n'ai manqué aucun de ses gestes ni aucune des ses paroles.

Elle lui serra la main le restant du chemin puis monta dans le carrosse, faisant la route assises l'une en face de l'autre. Elle décida alors de sonder sa soeur sur leur aventure. En discuter permettrait de clarifier l'événement et de prévoir le suivant.

-Que pensez-vous de cet homme ? Croyez-vous que ses remèdes soient efficaces ? Mes questions sont stupides après tout, je pense que vous l'espérez au fond de vous même ...

Elle termina sa phrase en regardant par les ouvertures du carrosse. Paris s'animait et elles regagnaient lentement Versailles. La marquise espérait ne pas s'être trompée et ne pas faire courir de danger à sa soeur ainsi qu'au Roy.

-Il est étrange cet abbé Guibourg, je n'ai gère apprécier sa manière de me regarder ... Au moment de partir, il m'a retenu par le bras pour me convier à venir à confesses ... Son regard était ... étrange. Je crois qu'il a saisi que nous n'étions pas de simples nobles et il semble ne pas être indifférent aux charmes féminins. Quel dessein a-t-il bien pu échaffauder ?

Gabrielle était préoccupée. Le plan de Guibourg ne devait pas échouer et il valait mieux pour elles que cet abbé tienne sa langue et ne soit pas un charlatan. Avec un peu de chance, leur retour ne serait pas trop remarqué, il ne fallait pas éveiller les soupçons ... et trouver une bonne excuse à leur escapade !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Dim 31 Jan - 13:59

(HJ : chère Gabrielle, vos interventions sont un véritable plaisir, tel qu'il vous vaut toutes les indulgences. J'espère que notre commerce sera fructueux. Wink )

Parvenu dans la sacristie, l'abbé commença à revêtir les vêtements sacerdotaux. Soudain, il saisit un enfant de choeur par le bras, ce qui fit sursauter le garçon ; l'abbé n'était jamais vraiment tendre avec eux, et toujours prompt à réprimander.

- Suis discrètement les deux dames que tu vois sortir de l'église, drapées dans leurs longs manteaux. Elles vont sans doute se diriger vers leur carrosse ; s'il porte des armoiries, mémorise-les bien, tu me les décriras ! Et tache de voir dans quelle direction elles partent, faute de pouvoir suivre le carrosse... A moins qu'il n'y ait point de valet à l'arrière, auquel cas tu t'arrangeras pour y grimper comme je te l'ai appris... Sois prudent et appliqué, c'est de la plus haute importance ! Vas ! Hâte-toi !

Le jeune garçon aquiesça et fit aussi vite qu'il put pour rattrapper les deux dames, qui marchaient d'un bon pas. Le curé ayant fait savoir qu'il serait absent ce jourd'hui, c'était à l'abbé Guibourg de célébrer l'office. Cela ne l'enchantait guère, mais il fallait bien vaquer aux devoirs de son ministère. Il décida d'improviser un sermon sur les tentations qui entraînent les femmes sur les voies du Malin ; les dévotes aimaient trembler à ce genre d'idée, et lui pourrait repenser à ses deux charmantes visiteuses matinales. D'ailleurs, il venait de retrouver dans sa poche les deux petits morceaux de parchemin sur lesquels la demanderesse avait inscrit de son sang les deux noms - il ne laissait jamais traîner de tels indices. Il les déplia délicatement et lut, avant de les replier.

* "Françoise" et "Louis"... , réfléchissait-il. "Louis"... Prénom fort courant dans la haute noblesse, mordious ! Cependant, le plus illustre des Louis... Serait-ce diable possible ? Une si illustre personne ?! Parfait... Attendons d'en avoir le coeur net. Je poserai quelques questions à La Voisin... *

Il quitta bientôt la sacristie, accompagné d'enfants de choeur, tandis que l'orgue répandait un son puissant dans la nef. Son visage était grave, il devait maintenir sa réputation de prêtre sévère et jouer le rôle qu'on attendait de lui. Il passait sans difficulté aucune, et sans non plus de scrupule, de l'ombre de la superstition à la pompe catholique. Bientôt il bénit l'assistance et commença à dire sa messe.

- Dominus vobiscum. Oremus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Lun 1 Fév - 16:01

* Bien entendu, les marquises ne se doutaient pas un instant qu'elles étaient suivies par l'un des enfants de choeurs de l'église St-Marcel sur l'ordre de l'abbé Guibourg. Certes elles avaient été prudentes en se drappant dans des vêtements et en louant un carrosse fort peu reconnaissables, mais elles n'avaient pas poussé la méfiance jusqu'à se retourner sur leurs pas afin de vérifier si elles n'étaient point suivies. D'ailleurs, elles ztaient bien trop bouleversées pour penser à cela, la seule chose qu'elles avaient à l'esprit était de regagner au plus vite leurs quartiers.

A la question de sa soeur, Athénaïs regarda celle-ci dans les yeux et hocha la tête, sans aucune expression sur le visage. S'il ne lui avait pas fait froid dans le dos? La question ne se posait même pas, elle en frissonnait d'horreur rien que d'y repenser, et le fait de se dire qu'elle devrait le revoir d'ici peu la glaçait d'autant plus. Quant à savoir si ses remèdes étaient efficaces, elle n'aurait bien sûr pu le dire avec certitude. Elle ne constaterait bien tôt ou tard, de toutes façons. Elle retira la boucle d'oreille qui lui restait et la glissa dans sa bourse. *


-Je ne sais que vous répondre Gabrielle. Nous verrons bien...

* La favorite jera un regard au dehors. Le carrosse passait par de petites rues afin de s'extraire de Saint-Denis et regagner Paris. Les petites gens s'affairaient dans les rues, effectuant diverses tâches, trainant des fardeaux et parfois se retournant sur le passage du véhicule qui ne perdait pas de temps. Soudain, Athénaïs regarda Gabrielle. L'abbé l'avait "retenue" pour lui demander d'aller à confesse? Voilà qui était inquiétant! Elles n'y étaient pas allées pour cela! Pourquoi donc une telle demande?*

-Gabrielle, ne vous laissez pas faire! Cela m'inquiète, vous n'irez pas j'espère?

* Elle se mordit la lèvre, espérant que sa soeur ne prendrait pas trop de risques.
En ce qui concerne l'excuse à fournir quant à leur escapade, Athénaïs avait pensé à tout. C'était jour de marché, elles ramèneraient donc quelques tissus et tapis, et prétexteraient avoir eu quelqu'envie de nouveauté en leurs appartements... Elles pourraient même offrir quelques tissus à la Reine, voilà qui serait, en plus, utile...*

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Jeu 4 Fév - 22:07

Le ton froid et inquiet sur lequel répondit Athénaïs mit Gabrielle mal à l'aise. Elle espérait fortement que ce stratagème soit efficace sinon gare aux reproches, remontrances et remords ... A cet instant précis, la marquise se demandait comment elle avait pu avoir une idée saugrenue et surtout, comment elle avait pu convaincre sa soeur d'user de ces maléfices ... Ce que l'on peut faire par amour, pour sa famille. L'être humain n'est décidément pas des plus raisonnables quand il le souhaite ! Son anxiété se traduisit simplement par ses mains crispées, torturant le tissu de son jupon.

Comptait-elle y aller ? Elle n'en savait rien. Aussi droite et raisonnable soit-elle, comme l'exige sa position d'aînée de la famille et son vécu, elle pouvait parfois se révéler intrépide voire inconsciente. Et ce matin-là, elle ne savait quoi répondre à sa soeur ... Effectivement, l'idée de devoir rencontrer de nouveau cet abbée Guibourg ne l'enchantaît pas plus que cela. Au regard qu'il lui avait lancé, elle espérait que cette invitation à confesse ne soit pas un traquenard pour lui voler les faveurs qu'elle se refuserait à lui donner.


-Eh bien ... hum ... j'ai tenté une dérobade par le verbe, j'espère qu'il n'aura pas pris ma réponse au sérieux ...

*Finalement, j'aurais peut-être du lui répondre sèchement par la négative, pensa-t-elle. Et tant pis s'il avait confirmation de la répugnance qu'il m'inspire !* Elle perçût le regard inquiet de sa petite soeur et sentit venir bien vite les mises en garde ...

-Et si nous allions au marché ? Une occupation aussi futile nous détendra avant de revenir à Versailles ! s'exclama-t-elle. *et nous donnera une bonne excuse de promenade parisienne !* Eh oui, décidément, Athénaïs et Gabrielle ne sont pas soeurs pour rien.

La carrosse s'arrêta non loin du brouhaha du marché. Les senteurs parvenaient déjà à leurs nez. L'idée de faire quelques achats égaya davantage les marquises. Gabrielle passa la tête par le fenêtre avant de descendre et vit un petit garçon passé la tête de l'arrière de la paroi. Elle ne fit pas de commentaires, descendit et attendit qu'Athénaîs soit auprès d'elle pour lui glisser :


-Serait-il possible que l'abbé ait envoyé un jeune espion pour nous suivre ?

Puis, elle se contenta de contempler les lieux avec nonchalance comme si de rien était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Trop belle pour toi !
Trop belle pour toi !
avatar

Nombre de messages : 1654
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 32
Localisation : Région Parisienne / Cannes

Feuille de personnage
Âge du personnage: 30
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Ven 5 Fév - 20:49

* La soeur cadette de Gabrielle était fort inquiète de ce que celle-ci venait de lui dire. Quelles idées saugrenues avaient donc traversé l'esprit de ce diable de Guibourg? S'il touchait à sa soeur, Athénaïs lui réserverait un sort peu enviable, c'était certain... mais à la fois très risqué... Elle hocha la tête pensivement à la réponse évasive de sa soeur. Parfois, celle-ci pouvait se montrer étrangement obscure. Athénaïs regarda une nouvelle fois par la fenêtre. Elles étaient à présent en plein coeur de Paris, au niveau des rues marchandes. le fait que Gabrielle lui propose de faire des amplettes la fit sourire, puisqu'effectivement c'était l'idée qu'elle avait eue pour prétexter leur sortie matinale. *

-Vous ne croyez pas si bien dire, ma chère. J'avais justement pensé ramener des tissus et des tapis, afin d'expliquer la raison de notre virée de ce matin. Nous dirons qu'il nous fallait y être au plus tot afin de dénicher le tapis aux couleurs orientales que désirait tant la Reine...

* Athénaïs, toujours troublée par les événements qui venaient de se dérouler, n'avait pas prêté attention à la présence du garçonnet, jusqu'à ce que Gabrielle ne lui en parle en sortant du carrosse. L'idée que l'abbé ait pu envoyer un espion, émise par sa soeur, la fit écarquiller les yeux une seconde. Se servir d'enfants, voilà une chose qu'elle trouvait effroyable, mais malheureusement à Paris comme ailleurs en ces temps, on exploitait tout ce qu'on pouvait. Elle lui répondit sur le même ton de confidence. *


-Je ne saurais vous le dire. Faisons comme si de rien n'était. Nous verrons bien plus tard et nous rentrerons par des chemins détournés.

* Elle attrapa le bras de Gabrielle, et partit avec elle se mêler à la foule afin de trouver enfin leur fameux prétexte. Elles arrivèrent devant un étalage de tapis divers et variés. Certains étaient vraiment laids. Athénaïs en désigna un, le sourire aux lèvres.*

-Que pensez-vous de celui-ci? Pour sûr que notre "amie" l'aurait choisi !

* Elle éclata d'un petit rire sonore et attendit la remarque de sa soeur, qui certainement ne manquerait pas d'ajouter quelque chose. De temps en temps, elle cherchait du regard le jeune garçons qui, d'après Gabrielle, les aurait peut-être suivi sur ordre de l'abbé. Peut-être arriveraient-elles à le soudoyer en lui offrant quelques pièces, afin d'en savoir d'avantage, elles aussi...*

_________________
* en cours de construction *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Thianges
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 10/11/2009
Age : 31

Feuille de personnage
Âge du personnage: 37 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Dim 7 Fév - 13:54

Le petit garçonnet ne se pensait pas démasqué, il demeurait non loin du carrosse, à se retourner de temps à autre du côté des dames. Gabrielle feignait de ne pas le voir et répondit sur un ton naturel et presque sarcastique – la Reine en était le sujet !- à Athénaïs :

-Oui le fameux tapis oriental, objet de toutes les discussions dans les salons de la Reine ! Il semble même qu’elle ait demandé des tissus orientaux pour se créer de toutes nouvelles toilettes, différentes de celles des dames de la Cour !

Les marquises se faufilaient entre les gens, les étales et surveillaient de près leurs bourses. Gare aux voleurs ! De temps en temps, Gabrielle tournait la tête pour surveiller le garçonnet, tout en feignant de balayer du regard la place à la recherche du tapis unique et parfait pour leur présent. L’enfant ne les avait pas abandonnées, il se faufilait aussi parmi la foule, se dissimulant derrière des badauds ou des paquets. Se rapprochant de sa sœur, elle regarda le tapis en question :

-Notre amie en sera fort aise, elle pourra même se draper avec si tel est son bon plaisir !

En voyant un autre assez vulgaire et de mauvais goût, elle ironisa :

-Celui-ci s’accorderait encore mieux à son teint !!

Elle étouffa un petit rire narquois avant d’ajouter discrètement :

-Le jeune garçon nous suit toujours, il se rapproche. Qui de nous deux le saisit par le bras ?

Sur ces paroles, elle lança un regard complice à sa sœur qui ne manquerait pas de rebondir aisément et faire tourner la situation en leur faveur ! L'intérêt d'attraper l'enfant est de savoir qui l'envoie, pour quelle raison et surtout d'arranger la révélation à leur sauce.


HJ : l'idée est que l'on attrape le petit garçon, on le soudoie et on le renvoie chez Guibourg, qui pourra faire son come back dans le topic. validée ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Guibourg
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 142
Date d'inscription : 09/01/2010
Age : 43
Localisation : Toulon

Feuille de personnage
Âge du personnage: 61 ans
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   Lun 8 Fév - 13:02

( HJ : distrait que je suis, j'ai envoyé un enfant de choeur sot et muet ! Laughing Non, je plaisante. Excellente idée, chère Gabrielle, idée validée avec grand plaisir. Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eglise St-Marcel de St-Denis ( ouvert à tous )
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» ouvert à tous !!!!!
» Questions ouvert à tous.
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Lieux divers et correspondances :: Lieux divers :: Eglise St-Marcel de Saint-Denis-
Sauter vers: