L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Lun 7 Sep - 16:30

[HJ : Voilà comme promis, même si un peu tard, notre petit RP^^]


Argent, argent et encore argent. Des Louis, encore et encore. Et non, il ne parlait pas de l'homme ni du Roy, mais bel et bien d'argent en pièces sonnantes et trébuchantes. Voilà ce que Colbert avait en tête quasiment à longueur de journée. Comme actuellement, alors qu'il se rendait au bureau du Roy, pour lui présenter son bilan du mois, tenter de réfreiner les ardeurs dépensières de sa Majesté, même s'il savait dores et déjà que ses efforts seraient vain, puis tenter de le convaincre ensuite d'adopter un énième projet que seul l'esprit tortueux mais brillantissime de Colbert pouvait imaginer. Les Faubourgs, Colbert souhaitait encore faire apporter des améliorations aux Grands Faubourgs de Paris pour apporter à la capitale toute la magnificence dont elle devait être honorée. Ce n'était pas parce que le Roy avait migré à Versailles, son chef-d'oeuvre d'architecture et d'inventions en tout genre, que Colbert appréciait certes par ailleurs, que Paris la belle devait être abandonnée à son triste sort...

C'est ainsi, que, lourds parchemins sous le bras, Colbert se dirigeait d'un pas assuré vers le bureau royal où devait se tenir sa Majesté. Pour tout dire, à cette heure-ci, le Ministre s'était plutôt attendu à ce qu'on lui dise que le Roy brillait devant un miroir pour choisir sa nouvelle perruque de la saison, mais visiblement aujourd'hui, le Roy était d'humeur plutôt sérieuse. Un bon point pour le Ministre donc, qui pourrait peut-être aborder les sujets sérieux dont il était porteur, sans se faire "sermonner" sur sa trop stricte rigueur et son esprit parfois trop calculateur, comme le Roy le faisait parfois. Un esprit que sa Majesté appréciait malgré les remontrances qu'elle se permettait de faire à Colbert, sans quoi il ne serait déjà plus là depuis longtemps. C'était plus uen sorte de... jeu... entre eux deux. Et Colbert préférait s'y prêter de bonne grâce si cela lui permettait à côté de faire ce qu'il souhaitait. Et souvent il pouvait faire effectivement ce qu'il souhaitait, il était bien rare que le Roy Louis lui refuse les quelques frasques qu'il requerrait, du moment que c'était pour la magnificence de son royaume et de son règne.

Le voilà enfin arrivé devant la grande porte. Il n'eut guère besoin de se présenter que le laquais qui postait devant la porte le reconnut. Fort heureusement. Et ledit laquais alla annoncer sa présence au Roy, qui donna visiblement de suite son accord pour le faire entrer, vu qu'il attendit à peine une minute pour se voir ouvrir les grandes portes. D'un pas assuré et déterminé, Colbert entra donc dans la grande pièce, faisant face sans l'ombre d'une crainte devant l'énorme bureau en bois massif qui s'étalait devant lui. Le Roy assis devant lui.


- Votre Majesté, fit-il en une simple mais humble révérence. J'espère ne pas vous importuner en plein travail, ajouta-t-il.

Plus par pure marque de politesse qu'autre chose. Il savait qu'il dérangeait toujours le Roy... sans vraiment le déranger non plus. Il était après tout son Ministre. Cela allait de soi qu'il était souvent dans l'obligation de s'y référer pour les décisions de plus grande importance.

Il resta toutfeois debout, attendant l'ordre de son interlocuteur pour prendre de nouveau ses marques dans ce bureau qu'il connaissait pourtant très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Ven 11 Sep - 13:33

* D'importantes décisions à prendre . Des bâtiments à réstaurer, de nouvelles lois à soumettre. Des taxes à revoir, faut il les baisser ou au contraire les augmenter ? Une révolte du peuple serait très facilement déclanchable. Il devait ensuite aller voir les Jardins afin de s'assurer que toutes les plantes soient parfaitement soignées et les Jarins bien entretenu. Il avait aussi fait venir une nouvelle fontaine et attendait aussi une arrivée d'animaux exotiques, dont un éléphant. Il allait falloir le nourrir. Les travaux allaient certes être honéreux. Son bureau croulait sous les papiers. Puis, on annonca que Colbert voulait le voir. Cela arrangea Louis, qui justement pensait à lui. Il avait besoin de lui soumettre une bonne partie de sa paperasse.*

- Entrez donc Colbert et asseyez-vous je vous prie.

* Il fit également amener deux verres de vins d'un excellent cru. Vu les nouvelles dont il allait lui faire part, autant le prendre tout de suite avec les sentiments. Mais il savait très bien que Colbert ne s'y laisserait certainement pas prendre. Il ne connaissait Louis que très bien. Un laquais amena les verres devint et les posa devant les deux hommes. *

- Je pensais justement à vous faire quémander. J'ai demandé à Monsieur Mon Frère d'organiser un bal à St-Germain, les Courtisants ont besoin de se changer les idés

* Il lui tendit une partie de ses papiers. Il y avait aussi ce qu'il prévoyait d'organiser pour le Bal. Il faudrait financer la nourriture, les décorations,les feux d'artifice. Il devrait aussi demander à Lully et à Molière de composer quelque chose. Mais pour le moment il devait s'entretenir avec Colbert. Cela faisait longtemps qu'il était à son service et Louis savait très bien et il savait que si Colbert serait mécontent, il ne se gênerait pas de lui en faire part. *

hj: Je suis vraiment désolée de ma réponse si courte :-( je me rattraperais c'est promit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Jeu 17 Sep - 18:27

Visiblement aujourd'hui, le Roy était affable et d'assez bonne humeur. Toujours assez désordonné, comme le montrait l'amoncellement dangereux de paperasses en tout genre sur son bureau, mais au moins son sourire n'était ni maussade ni de mauvaise augure. Un bon point pour le Ministre qui pourrait alors parler assez librement sur les mesures à prendre et sur ce qui l'amenait à cette heure-ci. Colbert ne se fit donc pas prier et s'assit à la place que lui indiquait Louis, le dos droit et l'air grave ne le quittant pourtant pas même s'il sentait chacun de ses muscles se détendre lentement mais sûrement. Les entrevues avec le Roy n'étaient jamais très aisées, mais depuis le temps Colbert savait comment prendre les humeurs de sa Majesté et tous deux avaient su entretenir une relation, certes professionnelle, si l'on pouvait parler ainsi, mais où l'entente était bien là. Colbert ne pousserait peut-être pas l'audace jusqu'à parler d'amitié, mais il pensait pouvoir au moins se targuer d'une certaine estime de la part du Roy. Une estime qu'il ressentait en tout cas pour sa part envers Louis. Que ce soit l'homme ou le Roy d'ailleurs. Certes, ils n'étaient pas toujours d'accord, et avaient eu quelques accrocs, mais c'était tous deux des hommes de tête chargés de lourdes décisions. Et quand les décisions étaient cruciales, ils savaient être tous deux bien souvent sur la même longueur d'onde.

Quand un des laquais leur porta du vin, Colbert se saisit d'un des verres sans l'once d'une hésitation. Il savait pertinemment bien ce que cela pouvait signifier : le Roy avait certainement quelques autres projets extravagants en tête, et fort coûteux, et voulait l'amadouer par le confort et la bienséance pour obtenir l'aval consentant de son Ministre des Finances. Mais Colbert n'était pas du genre à se faire acheter, le Roy le savait. Il s'agissait juste de marques de... de tentative d'amadouement, et de marques de politesse pour les mettre tous deux de bonne humeur pour la longue et fastidieuse réunion qui semblait les attendre. Et il aurait été plus que malvenu qu'il refuse de tels gestes attentionnés venant du Roy, n'est-ce pas ?

Colbert porta le verre à ses lèvres, humant rapidement les saveurs délicates et fort aromatisées que le liquide bordeau dégageait. Un grand cru. Encore une fois, Louis ne se moquait pas de lui. Un rapide salut vers son vis à vis en levant son verre en sa direction et une petite gorgée plus tard, et Colbert était tout ouïe. Le Roy n'y alla pas par quatre chemins. Il savait que son Ministre détestait qu'on tergiverse inutilement sur de telles questions. Certes, Louis n'avait pas encore tout dit, comme s'il cherchait à ménager le coeur, pas si fragile que ça, de Colbert, mais il n'avait pas enrobé sa déclaration des savantes et pompeuses phrases dont il savait si bien faire usage en d'autres occasions.

Un bal donc. Pour les Courtisans... Encore une dépense bien inutile aux yeux de Colbert. Le Roy allait devoir, encore, étaler tous ses talents de persuasion pour convaincre Colbert
.

- Un bal, dîtes-vous, fit-il alors d'un air songeur, réfléchissant déjà en chiffres et en Louis.

La monnaie... pas le Roy, précisons. Et déjà les chiffres exorbitants qu'allait coûter cette énième lubie, toutes ces sommes affolantes qu'il allait devoir faire sortir des caisses de l'Etat, lui donnaient un mal de tête de tous les diables.


- Quelle ampleur connaîtra donc celui-là ?

Le "celui-là" avait été prononcé avec tout l'ironie acerbe dont il était capable. Autant jouer carte sur table : cette idée ne l'enchantait guère, et le Roy le savait de toute façon. Ils avaient dépassé depuis longtemps l'art des faux semblants entre eux deux. Et quand ils étaient seuls, tout masque tombait. Ou presque.

Et déjà Colbert voyait l'un de ses grands projets tomber en miettes... ou se voir reporter à plus tard. Bien plus tard. De quoi le mettre de mauvaise humeur encore... pour changer. Et déjà le Roy lui présentait tous les papiers nécessaires. Les plans du Bal, l'organisation générale, la nourriture à prévoir et donc les finances, les décorations... et les feux d'artifice. Ce n'était pas la première fois que Louis faisait usage de tels jeux de lumière, lui qui en était si féru, mais ce n'était pas pour ravir pour autant Colbert. A chaque fois, ces jeux coûtaient une fortune qui endettait un peu plus encore l'Etat. Un Etat qui peinait tout juste à renflouer ses caisses, Colbert ayant presque réussi à obtenir à nouveau un bon équilibre... pour voir encore tous ses efforts réduits à néant par des dépenses inutiles et fracassantes....

Non, il n'était pas content. Et le regard qu'il releva vers le Roy le disait clairement.


- Malgré tout le respect que je vous dois, votre Majesté, est-ce vraiment le moment de faire de telles dépenses - inutiles, fut-il tenter de rajouter, mais se retint à temps - alors que nous avons encore bien des projets bien plus importants à entreprendre ? Argua-t-il alors d'un ton contenu, mais où des accents de colère perçaient néanmoins.

Et le Roy le connaissait suffisamment pour les percevoir.

[HJ : trés joli post, votre Majesté, no soucy Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Ven 18 Sep - 15:55

* En effet, il était vrai que Louis essayait de soudoyer Colbert. Il savait qu celui-ci était friand de bon vin, et il se dit qu'il serait mieux de commencer dans de bonne condition. Il s'attendait à ce que Colbert ne saute pas de joie en voyant les nouvelles dépenses qu'il envisageait. Mais ce que son conseille ignorait encore, était que le Bal que Louis voulait faire à St-Germain allait être pour fêter les fiançailles de Monsieur son Frère. Il avait l'intention de le remarier car le Frère du Roy ne peut rester seul. Il lui avait trouvé un bon parti qui était La Princesse Palatine. Oh Son Frère allait très certainement faire la tête à cette nouvelle mais c'était un autre problème que Louis allait gérer plus tard. Car Monsieur allait l'organier sans en savoir la véritable raison. Il est vrai que c'était lache de la part du Roy de mettre le couteau sous la gorge de Monsieur Son Frère. *

* Il prit son verre et but une gorgée de vin. Il regarda Colbert avec un sourire de vainqueur. Sachant très bien qu'il ne pourrait refuser ce Bal. Car il était aussi pour amuser les Courtisants mais pas seulement. Colbert et Louis s'entendaient relativement bien. C'était aussi pour cette raison que Louis laissait Colbert lui parlait de la sorte. Il n'aurait jamais laisser quelqu'un être ironique avec lui et encore moins lui parler avec un tel ton ironique. *

- Il se trouve que ce Bal ne sera pas que pour changer les idées des Courtisans. Il se trouve que j'ai l'intention de remarier Monsieur Mon Frère. Ce Bal sera l'occasion de l'annoncer et de lui présenter sa future épouse.

* Il commença à effectuer les cents pas dans la pièces. Ce n'était pas vraiment bon signe. Louis voulait toujours être le centre d'intêret de toutes les fêtes qui étaient orgnisées, mais malheureusement pas cette fois. Malgré le fait qu'il avait décidé d'organiser ce Bal, il était quand même contrarié.*

- Il faudra donc qu'il soit grandiose et qu'il impressionne tout le monde. Il sera donc très couteux cela va sans dire, Colbert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Lun 12 Oct - 1:28

Ah voilà donc la véritable raison de ce Bal. Marier Monsieur Son frère. Rien que cela. Et si le Roy croyait que cela allait rassurer Colbert, c'était que sa majesté se mettait le doigt dans l'oeil. Et jusqu'au coude. Parce que non, cela ne le rassurait pas du tout. Mais alors pas du tout du tout. sa colère était peut-être tombé comme un soufflet, mais il n'en était pas rassuré pour autant. Parce qu'un bal pour un tel mariage, voulait dire en fait le double des dépenses, voire le triple connaissant l'exigence outrageuse de sa Majesté, qu'un Bal normal de simple amusement. Non, finalement, à bien y penser, il aurait nettement préféré un bal coutumier et anodin. Parce qu'ainsi, il aurait pu tenter de un de le refuser, même si difficilement, de deux de réduire quelque peu les dépenses. Alors que là, et Colbert était sûr que le Roy le savait pertinemment bien et s'en amusait à ses dépends, Colbert ne pourrait refuser ce bal qui aurait de toute façon lieu. Avec ou sans son accord. Et mieux valait son accord s'il tenait encore à son siège. Sans compter que pour réduire les dépenses, il allait devoir jouer serré. Très serré même.

Etrange comment le vin devenait âpre soudain. Et un arrière goût amer... Qui dut se lire d'ailleurs sur le visage d'ordinaire si impassible du ministre.


- Je vois, fut d'abord la seule conclusion qu'il put exprimer.

Mais son air qui se renfrognait au fur et à mesure des paroles du Roy devait clairement exprimé pour lui le fond de sa pensée. Il avait l'impression de voir plein de petits louis (l'argent hein, pas le Roy miniature et encore moins les petits fromages) partir en rolant devant lui sans qu'il ne puisse les retenir. Et encore... faudrait-il qu'il ait suffisamment de petits louis justement pour financer ce satané mariage et ce non moins satané bal...

Et à voir les cents pas que faisait le Roy, ce bal semblait lui poser aussi problème. Etrange, lui qui aimait tant ce genre de festivités, là où il pouvait tant briller et... Ah mais, c'était peut-être ça justement qui gênait le Roy ? Le fait qu'il ne pourrait pas briller si bien, pas alors que ce bal était en l'honneur de son Frère ? Hum... voilà qui pourrait être une faille à utiliser.


- J'imagine Votre Majesté, répondit-il tout d'abord d'un ton sourd, en contenant les accents aigres qui menaçaient de faire grincer sa voix. Il doit effectivement être grandiose, continua-t-il.

Une des règles d'or, quand l'on cherchait à faire accepter quelque chose au Roy, était de ne jamais le contredire ouvertement, mais de biaiser. Bon, cela ne marchait pas toujours, mais parfois... Et si cela pouvait lui éviter une énième colère monumentale de sa Majesté...

- Mais il ne faudrait pas non plus qu'il soit plus magnifique que le vôtre ne l'a été. Il faudrait certainement mesurer un peu sa grandeur. Trouver une juste mesure - une juste dépense, pensait-il plutôt - pour impressionner sans dépasser la grandeur de ce qu'a été votre propre mariage, votre Majesté.

Et voilà, il venait de jouer quitte ou double. Soit c'était ce que le Roy attendait qu'il dise et il en serait apaisé, approuvant alors son ministre, même si la discussion s'annonçait tout de même assez serrée par la suite, soit il déclenchait au contraire sa colère. Mais qui ne tente rien, n'a rien n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Sam 17 Oct - 20:40

* Louis savait qu'à chaques fois qu'il faisait convoquer Colbert pour lui parler des futurs dépenses qu'il allait faire, cela ferait grincer des dents ce cher Ministre des Finances et c'est exactement ce qu'il se passa. Colbert connaissait Louis plus que bien et il savait bien appuyer là ou ça faisait mal. Et c'est d'ailleur ce qui se produisit. Louis se projeta le jour du mariage de Son Frère. Tout le monde salua et fit la révérence mais Louis remarqua que les Courtisants ne le regardait pas, ils regardaient Monsieur Son Frère et ils étaient tous admiratif devant lui. Non ! Cela ne pouvait pas être possible ! Philippe était plus brillant que lui le soleil ! Il brillait plus que lui ! Tous les Courtisants parlaient entre eux en disant que le mariage était mieux reussi que celui de Louis ! Il entendit Colbert se raclait la gorge et il revint aussitôt sur terre. Colbert avait raison, il ne pouvait pas organiser un mariage qui soit mieux reussi et plus beau que le sien. *

- Vous avez raison Colbert je dois bien le reconnaitre. Il faut que le mariage de Monsieur Mon Frère soit simple mais quand même digne d'un Prince. Qu'avez vous comme proposition me faire ?

* Il regarda Colbert qui avait quand même l'air de se détendre un peu. A première vue, il était soulager que Louis lui cède encore. Car il était très dur à convaincre mais Colbert avait reussi à trouver les bons mots. Il savait que si il laissait Colbert décider des préparatifa, il y arait de fortes chances pour que le pain sec et l'eau soit le repas principal. Cette comparaison était quand même un peu exagérée ou pas ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Lun 19 Oct - 0:54

Colbert fut plus que rassuré de voir le Roy peser lourdement les paroles, sages paroles il devait en convenir, que le Ministre brillantissime qu'il était venait de lui offrir. Bon, certes, Colbert était peut-être un brin mesquin en appuyant ainsi sur l'un des points les plus sensibles du Roy. Mais on n'a rien sans rien, n'est-ce pas ? Et dans une situation si délicate qui était la sienne, à savoir celle de devoir juguler les dépenses de la Cour et de sa Majesté tout en permettant en même temps à ce dernier le maximum de fantasie, toutes les méthodes étaient bonnes à prendre. Même les moins glorieuses, comme celle qu'il venait de choisir actuellement.

Et voir Louis peser, et soupeser, les mots de Colbert était plutôt rassurant. Cela signifiait qu'au moins sa Majesté daignait prendre son avis présent en compte. Peut-être y aurait-il un espoir de limiter les dégâts concernant cette horripilante fête couteuse qui se profilait. Et que dire du soulagement de Colbert quand le Roy acquiesça enfin, lui donnant pleinement raison, et allant même jusqu'à lui demander son avis. Un instant.... Lui demander son avis ? A lui, Ministre des Finances ? Qui sans aucun doute aurait tendance à mettre tout le monde au pain sec et à l'eau, sans lumière ni chauffage ? Hum... Voilà qui était bien étrange soudain. Ou était-ce un piège ?

Toujours était-il, que, soudain, Colbert se retrouva partagé entre soulagement et méfiance. Et qu'il en resta d'ailleurs bouche bée, même si pas au sens littéral du terme, pendant quelques instants.


- Quelle serait ma proposition ? Répéta-t-il alors d'un ton dubitatif et hésitant, prononçant clairement et audiblement chaque mot.

Comme si le Roy était soudain sénile ! Mieux valait s'assurer que Louis ne se moquait pas de lui, et qu'il avait bien compris ce qu'on lui demandait.

Mais visiblement, oui, le Roy avait compris ce que son Ministre avait dit, et demandait effectivement l'avis de son Ministre. De son Ministre des finances, rien de moins. Hum... Si Colbert devait en partie se réjouir de cette brusque opportunité, il n'en marchait pas moins sur des charbons ardents. Mieux valait alors peser ses mots... et ses propositions. Trouver quelque chose d'honorable aux yeux du Roy... mais le moins coûteux possible. Encore un challenge de taille, quand on savait ce que le Roy trouvait généralement d'honorable
.

- Pour tout dire, si cela ne tenait qu'à moi et mes critères... hum... monétaires, commença-t-il alors d'une voix prudente, j'aurais tendance à répondre : pain sec, eau, dehors dans le froid, et le minimum de chandelles possibles. Bien entendu aucune musique et autres fastidieux et couteux spectacles. Mais comme je doute que cela conviendrait à un Prince...

Colbert s'arrêta un instant, doutant soudain que le Roy ait réellement apprécié son humour. Bon d'accord, humour douteux, je vous l'accorde mais humour quand même. Humour des finances, dirons-nous.

- Pour un Prince, un festin digne de ce nom, même si raisonnable, avec de bons vins et de smets recherchés, serait déjà le minimum je suppose, proposa-t-il alors rapidement, histoire d'apaiser la possible foudre qui pourrait menacer de s'abattre sur lui. Quelques musiciens de talent quand même, pour une ambiance assez festive, des éclairages ni trop pompeux, pour ne pas surpasser vos lumineuses fêtes personnalles, mais ni trop pauves non plus pour permettre de mettre tout juste en valeur l'éclat de Monsieur votre frère. Peut-être cela suffirait-il ? Tenta-t-il enfin, espérant que le Roy s'en tiendrait là et qu'il laisserait Colbert se charger du tout.

Mais peut-être était-ce trop espérer toutefois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Jeu 22 Oct - 23:29

* Le Roy trouvait quand même que Colbert exagérait. Le mariage de Monsieur allait être le plus petit de tous ceux de l'histoire des Princes. Il savait très bien que le Ministre plaisantait même si d'après Louis il était à moitié sérieux sur le sujet du pain sec et du reste. De plus, Louis avait prévu d'organiser une soirée en appartement ou il avait prévu d'y organiser des jeux. Mais qui disait jeux disait mises et par consequent qui disait mises disait argent et donc dépenses. Il savait que lorsqu'il aborderait ce sujet d'autant plus délicat avec Colbert, il allait y avoir de fortes chances pour que celui-ci change litéralement de couleur. Mais pour le moment, il fallait trouvait un terrain d'entente sur le mariage de Monsieur. Celui-ci se rapprochait à grand pas d'ailleur et rien n'avait été commençé sur les préparatifs. Il allait y avoir du travail mais tout ceci était secondaire car le plus dure rester à faire, convaincre Colbert. Louis l'écoutra avec attention. D''une certaine manière, il était d'accord avec Colbert, il ne voulait pas que Monsieur son Frère lui fasse de l'ombre. Mais il était Son Frère et il devait déja faire un immense effort de se marier avec une femme alors qu'il est attiré par la gente masculine. Non il fallait quand même que Louis le remercie en faisant un geste. Il rit à la blague de Colbert. Imaginant la tête des personnes qui recevraient en guise de repas de fête un crouton de pain avec un verre d'eau et un seul muscicien pour orchestre.*

- Colbert, je ne peux être d'accord avec vous. Il est vrai que je ne souhaite pas que le mariage de Monsieur Mon Frère fasse de l'ombre au mien. Je risquerais de fort mal le prendre comme vous pouvez l'imaginer. Mais cette situation est un peu délicate car Monsieur Mon Frère doit déja obligatoirement ce marier avec la futur Duchesse d'Orléans. La moindre des choses que je puisse faire et d'accepter de lui faire un beau mariage. Ce sera mon cadeau en quelque sorte.

* Il préférait attendre la réaction de Colbert sur cette réponse avant de lui annoncer la suite des évènements. Mais il décida de se lancer. Il avait lui aussi besoin de se détendre avec tous les malheurs qui arrivait à la Cou en ce moment. */i]

- Il se trouve que je souhaite organiser une soirée de jeu dans mes appartements afin de me distraire. Je ne vous cache donc pas qu'il va falloir mettre de l'argent pour les mises.

[i]* De l'argent encore et toujours et ou est ce que Colbert allait la prendre ? Le Roy sen fichait. Il exigeait et voulait par consequent être servit *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Sam 31 Oct - 2:05

- Colbert, je ne peux être d'accord avec vous. Il est vrai que je ne souhaite pas que le mariage de Monsieur Mon Frère fasse de l'ombre au mien. Je risquerais de fort mal le prendre comme vous pouvez l'imaginer. Mais cette situation est un peu délicate car Monsieur Mon Frère doit déja obligatoirement ce marier avec la futur Duchesse d'Orléans. La moindre des choses que je puisse faire et d'accepter de lui faire un beau mariage. Ce sera mon cadeau en quelque sorte.

Colbert avait bien envie de répondre au Roy qu'on pouvait toujours trouver un cadeau bien moins cher et bien plus raisonnable, qui ne risquerait pas de faire de l'ombre à sa Majesté qui plus est. A bien connaître les goûts de Monsieur, nul doute qu'une nuit bien accompagné de personnes savamment choisies, si possible de la gente adaptée aux goût particulier de Monsieur, conviendrait bien mieux encore à apaiser la frustration qui accompagnerait immanquablement l'annonce de ce mariage. Non pas que Colbert approuvait ce genre de moeurs. Et il savait que le roy réprouvait aussi, si ce n'est plus que lui encore. Il était donc inutile, songea Colbert, de tenter ne serait-ce que d'évoquer l'idée. Même si, selon lui, ce serait bien la seule surprise qui permettrait de mettre un peu de baume au coeur de Monsieur. Et si c'était également la seule solution qui permettrait de ne pas ruiner définitivement les finances du royaume pour ce mois-ci.

C'est donc la mort dans l'âme que le ministre tut cette si splendide idée et tenta d'écouter les élucubrations du Roy quant aux maudites festivités qui devaient être organisées. Que dire alors de sa réaction quand il entendit ladite majesté lui parler d'organiser des jeux. Des jeux d'argent, bien entendu, pas besoin de préciser pour que Colbert comprenne. D'ailleurs le Roy parlait de mises, voilà qui était bien assez éloquent pour lui faire passer le message. Et pour le faire trépasser par étouffement par la même occasion. En effet, le ministre avait repris une petite gorgée de ce si bon vin, tentant de faire passer le goût âpre de toutes ces mauvaises nouvelles par l'âpreté bien plus juteuses de cette douce liqueur. Mais c'était compter sans ce que venait de lui dire le Roy qui faillit lui faire recracher le tout. Et ce, sur le Roy en personne, ce qui ne serait sans doute guère des plus appréciés.

Le pauvre ministre dut donc s'efforcer d'avaler sa gorgée, s'étouffant à moitié de plus belle, et se retrouvant pris d'une affreuse quinte de toux qui mit bien du temps à passer.


- Des jeux ? Des jeux d'argent dîtes-vous ? Parvint-il enfin à croasser quand il reprit une mine plus digne.

Dire que le Roy lui demandait quasiment l'impossible là serait pur euphémisme. En effet, si déjà organiser des festivités étaient une tache ardue, Colbert pouvait toujours tricher, s'amusant à boucler une dette en en faisant contracter une autre par leurs artisans, une dette d'Etat effaçant alors la dette de l'artisan par exemple, ou en réglant les dettes de l'Etat par quelques autres avantages, quand l'artisan avait eu la sagesse de ne pas passer par l'Etat pour un quelconque emprunt... et quand la monnaie sonnante et trébuchante venait à manquer. cela évitait ainsi de devoir sortir la monnaie palpable, et de montrer que l'Etat en manquait cruellement justement, de monnaies palpables. Or là, pour des jeux d'argent, il allait bien falloir en toruver de la monnaie sonnante et trébuchante. Comment ? Colbert n'en savait encore rien. A moins peut-être... A moins de créer des papiers, ou autres artifices, qui tiendraient lieu de monnaies de jeu, et permettrait de ne pas sortir un Louis véritable, et de ne pas montrer le vide incommensurable des caisses actuelles de l'Etat. Car vides, elles l'étaient. Et elles n'étaient pas prêtes de se remplir vu les projets du Roy.

Maintenant restait encore de un à convaincre le Roy d'user de ce truchement, et de deux à trouver des joueurs assez bons qui accepteraient de laisser Louis gagner. Ce qui permettrait peut-être même de renflouer quelque peu les caisses même si de peu ? Hum... Finalement ces jeux d'argent pourraient être un bonne idée. Une idée risquée, et il allait devoir trouver des hommes de confiance pour que cette idée fonctionne, mais une idée possiblement brillante.


- Cela peut se concevoir... Peut-être pourrions-nous d'ailleurs profiter de ces jeux pour innover quelque peu ? Suggéra le serpent qui couvait en lui, préférant biaiser pour présenter cette idée quelque peu saugrenue au Roy.

Et ne venait-il pas de possiblement accepter l'idée ? le Roy pourrait bien accepter son idée en échange non ? De toute façon, sinon, Colbert ne voyait pas bien comment faire... Même en augmentant quelque impôt, il n'obteindrait jamais assez de monnaies palpables pour ces jeux.

Et si le Roy acceptait, encore faudrait-il ensuite que Colbert lui fasse accepter un ou deux "hommes" de main pour y participer. Histoire de ne pas perdre aux jeux, tant qu'à faire. Non pas qu'il ne faisait pas confiance au Roy pour son habileté à ces jeux... mais c'était tout comme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Lun 9 Nov - 11:56

* Louis fit de grands yeux lorsqu'Colbert manqua de trépasser avec la gorgée de vin qu'il venait de boire. Malgré le fait que la plupart du temps ils s'entendaient comme chien et chat, Louis appréciait la personnalité de Colbert et les ses manières de procéder. Il savait que Colbert allait avoir du mal à digérer toutes les nouvelles que le Roy allait lui annoncer, mais Louis n'en avait pas encore tout à fait terminé. Il écouta attentivement Colbert. Au bout de quelques minutes, il se demanda si il n'était pas en train de rêver. Colbert aceptait les jeux d'argent ? A ce moment là, Louis se dit qu'il y avait un problème. Colbert aurait il trop abuser du vin ? Pourtant non. Louis ne comprit pas tout de suite. D'habitude, il passait des heures à négocier avec son ministre donnant les arguments qu'il avait afin de mieux le convaincre. Mais là il acceptait tout de suite et en plus très rapidement. S'agissait-il là d'un piège ? Il regarda son ministre dans les yeux .*

- Vous acceptez ? Que se passe t'il Colbert ? N'auriez vous rien à me demander en échange ? Car je trouve cela surprenant que vous acceptiez sans rien dire. Il ne s'agit pas là de vos habitude.

* Intérieurement, Louis était très satisfait de savoir que Colbert acceptait. Il était très loin d'imaginer ce que celui-ci avait en tête. Louis adorait les jeux d'argent. Ca avait tendance à lui procurer des montées d'adrénaline . Le stress de perdre ou de gagner. Quel délicieux mélange ! Mais à chaque fois que le Roy jouait, Colbert devait lui aussi ressentir de l'adrénaline mais malhaureusement, cette dernière n'allait pas dans le même sens que le Roy. La dernière fois que des jeux de mises furent organiser à Versailles, Madame de Montespan perdit des sommes astronomique qui ne plurent pas à Louis mais encore moins à Colbert.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Mar 10 Nov - 1:25

Voir le Roy vous regarder droit dans les yeux était toujours assez impressionnant. Colbert avait beau y être habitué et savoir soutenir ce genre de regard, il n'en était pas moins impressionné. Il ne baissa pourtant pas le regard, attendant ce que le Roy avait à lui dire. A lui répondre plutôt. Et comme il l'avait prévu, le Roy lui demanda où il voulait en venir. Il se connaissait bien trop pour se faire "avoir" par les sournoiseries et tricheries de l'autre. Et voir son ministre accepter si hâtivement, sans même argumenter, avait mis la puce à l'oreille de sa Majesté. Comme 'lavait voulu et prévu ledit ministre. Prenez cela comme... une sorte de jeu entre eux. Un jeu dont ils connaissaient dès lors toutes les ficelles.

- Vous me connaissez effectivement bien, votre Majesté, le flatta-t-il alors, en un sourire en coin, dénotant son léger amusement.

Et non, il ne se moquait pas du Roy, il n'aurait jamais osé, même s'il se permettait parfois quelques piques d'humour noir.

- J'ai effectivement une idée à vous proposer. Nous aimerions éviter de devoir sortir de trop grosses sommes d'un coup, qui pourrait nuire aux projets déjà lancés.

Par projets déjà lancés, il parlait des grands travaux qui avaient perpétuellement lieu à Versailles. Mais aussi dans Paris même, le Roy ayant approuvé nombre de ses propositions d'amélioration sur les grands boulevards, ou les grands commerces.

- Je me disais alors que d'user d'une autre forme de monnaie pour les jeux pourrait... être intéressante. D'user de... de jetons par exemple, qui matérialiserait de manière fictive l'argent, et éviterait de sortir de la monnaie sonnante et trébuchante. Cela aurait le double avantage de ne pas tenter les possibles chapardeurs d'une part, et cela permettrait de ne sortir la monnaie qu'au dernier moment.

"Et donc de gagner du temps", pensa-t-il pour lui-même.

- Qu'au moment où les joueurs viendraient réclamer leur gain.

Il soutint alors le regard du Roy, attendant avec une certaine nervosité son verdict. Il savait le roy à l'écoute de ses conseils, et assez sage pour comprendre ce qui le motivait. Mais il le savait aussi imprévisible. Et le plus dur resterait encore à faire. Car même si le roy acceptait cette proposition-ci, il resterait ensuite à le convaincre d'avoir des hommes à lui, doué pour le jeu, qui assurerait que les caisses de l'Etat ne patisse pas trop de toutes ces frasques et de ces jeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Mer 11 Nov - 13:44

* Le Roy ne quitta pas Colbert du regard durant tout le discour de celui-ci. Il trouvait l'idée absolument excellente ! Il pourrait attendre que les caisses se remplissent un peu et donner ensuite l'argent aux gagnants. L'idée était bien trouvée et Louis en était très satisfait. Un grand sourire vint se dessiner sur le visage du Roy.*

- Je trouve que cette idée est très bonne Colbert. Nous aurions dû y penser bien avant.

* Il est vrai que les caisses de l'état avaient un peu de mal à garder la tête hors de l'eau. Elles se remplissaient et se vidaient aussitôt. Les travauex qui étaient en cour allaient être fort couteux. En plus de Paris et du reste, Louis avait aussi entamé des travaux dans les jardins de Versailles et les travaux n'étaient pas de petite taille. Louis savait que tous ces travaux restaient dans la gorge de Colbert. Louis se demandait cependant si les courtisans allaient accepter de gagner des jetons à la place d'argent. Ils pourraient peut être avoir peur de se faire arnaquer. Il fallait que Louis en ait le coeur net.*

- Mais êtes vous certains cepandant que les courtisans vont accepter de gagner des jetons à la place d'argent ?

* Il espérait que tout ceci n'allait pas provoquer une hémeute. Il imaginait déja les gagnants du jeu devant les portes de son bureau clamant haut et fort leur mécontentement. Est ce que tout ceci allait provoquer une nouvelle fronde ? Ou est ce que les gagnants allaient ils avoir suffisemment de comprehension pour attendre qu'on leur donne leur gains ? Car le temps que les caisses se remplissent il faudrait très certainement un peu de temps.*

- Je crains fort que tout ceci déclanche une hémeute.

* Il regardait son conseiller attendant que celui-ci donne son avis sur la chose.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Lun 16 Nov - 0:44

Encore une fois soulagé que son idée soit approuvée si facilement sans qu'il n'ait à tergiverser sur moult arguments, Colbert se permit un fin sourire, des plus sincères comme rarement il en offrait, à l'adresse du Roy. Un sourire qui équivalait alors à un remerciement oral, ce que Colbert faisait rarement également, il devait bien l'avouer. D'ailleurs le Roy devait bien être un des seuls êtres au monde à avoir entendu un merci de la bouche de son ministre, c'était pour dire.

- Je pense qu'en effet les courtisans accepteront, peut-être difficilement, mais accepteront. Si nous prenons certaines mesures à côté pour les rassurer.

Et là Colbert espérait bien permettre de glisser son idée d'introduire des hommes de jeu de confiance (même si jeu et confiance pouvaient paraitre parfois bien contradictoire) au sein de cette petite séance de jeux privés. Mais si le Roy acceptait les deux propositions qu'il s'apprêtat à faire, les hommes qu'il voulait introduire seraient en quelque sorte acceptés d'office. Du moins l'espérait-il.

- La première serait de leur fournir un document officiel, signé de la main de l'Etat, leur assurant que leurs gains, se montant à telle somme, en précisant clairement sur ce document ladite somme après vérification de leurs jetons en leur possession à la fin des jeux, leur sera remise en personne à telle date ou dans tel laps de temps. Et en leur précisant les modalités exacts pour retirer leurs gains aurpsè du service des Finances.

Autrement dit auprès de lui-même en personne, ce qui lui permettrait de vérifier l'authenticité des documents réclamant les gains. A l'extr^me rigueur, il pourrait d'ailleurs prévoir de les établir lui-même, quand bien même cela voudrait dire assister aux jeux, ou du moins à leur fin... Et quand bien même cela voudrait dire se ronger les sangs face à toutes ces sommes qu'il risquait de promettre de remettre, même si plus tard...

- La deuxième serait de leur assurer qu'aucune tricherie ne serait possible, malgré l'utilisation de ces jetons. Nous pourrions alors... faire appel à des sortes de... hum... joueurs professsionnels ? Des hommes qui connaissent bien les jeux et que nous engagerions - le nous faisant en fait mention de l'Etat - pour organiser le tout, donner les cartes, compter les jetons mis en jeu... Comme une sorte de.. euh... de banquiers ?

Si l'idée était claire dans sa tête, Colbert devait avouer avoir bien du mal à la présenter clairement à sa Majesté. C'est donc d'un air plus que sceptique qu'il releva les yeux sur le Roy.

- Je ne suis pas bien sûr d'avoir été clair, marmonna-t-il alors d'un air sombre et presque contrarié.


[HJ : petit RP, désolé Sad]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Sam 21 Nov - 12:31

hj: si ton rp est court qu'est ce que je devrais dire Razz

* Louis écoutait son conseiller avec une grande attention. L'idée des documents était très bonne. Ainsi tout serait sécurisé et personne ne pourrait prétendre avoir gagner plus .Il savait que Colbert ne laisserait rien passer et contrôlerait tout avec une extrême attention, comme il en avait l'habitude d'ailleur. De se côté là, Louis pouvait être tranquil, si il y avait bien un homme en qui il pouvait avoir confiance, s'était bien Colbert. Il lui rendit son sourire. Ils avaient tous les deux une complicité particulière que Louis n'avait pas avec tout le monde. A l'explication de faire venir des personnes de confiances, Louis ne comprit pas vraiment ou son conseiller voulait en venir.*

- Je trouve que c'est une excellente initiative que vous avez l'intention de prendre et vous avez mon accord. Mais cependant....

* En général, cela n'était pas vraiment bon signe quand Louis utlisait cependant, c'est qu'il avait dû être contrarier par quelque chose. Mais il avait déja accepeter l'idée de Colbert a 50 pour cent. Il ne comprenait pas du tout pourquoi est ce que ce dernier voulait faire venir des hommes de "confiances". Cela risquerait surtout de perturber les Courtisans. Louis craignait que cela fasse un peu trop de nouveauté d'un coup.*

- Je ne comprends pas ou vous voulez en venir avec ces banquiers comme vous dîtes.

* Il le regarda tout en étand quand même un peu perplex.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 36

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Dim 22 Nov - 23:35

- Je trouve que c'est une excellente initiative que vous avez l'intention de prendre et vous avez mon accord.

Le Roy était d'accord ? Le Roy lui accordait raison ? Et ce sans discuter ? Dieu devait être avec lui, impossible autrement, pour qu'il obtienne les grâces royales si facilement.

- Mais cependant....

Ou pas.

Colbert s'était fait une fausse joie tout seul, à croire qu'il n'aurait rien à discuter et que le Roy allait tout lui concéder sans l'once d'un froncement de sourcil. Cela eut été bien trop beau pour être vrai... Bon au moins devait-il se satisfaire que les trois quarts de l'idée aient été bénits par le Roy sans trop sourciller. C'était déjà un bon point.


- Je ne comprends pas où vous voulez en venir avec ces banquiers comme vous dîtes.

Que dire du soulagement de Colbert quand le Roy lui indiqua que seule la possible présence de "banquiers" l'intriguait. Et l'inquiétait sans odute à voir l'air perplexe que prenait soudain Louis. Quelque part, d'avoir déjà acquis l'utilisation de jetons et de bons gagnats était pour lui un énorme pas. Et ne devoir discuter en fait que d'un point lui semblait... alléger sa tâche. Tâche assez ardue déjà pour que chaque petit gain face au Roy soit une victoire en soi.

- Il est vrai que c'est une notion... possiblement abstraite, concéda alors Colbert tout en fixant le Roy d'un air songeur.

Il était temps de lui dire ce qu'il avait vraiment en tête dès lors, car à s'en tenir à ce qu'il avait dit, il y avait de fortes chances que le Roy refuse catégoriquement cette énième nouveauté. Certes, lui dire toutes ses pensées était un risque aussi non négligeable de refus. Mais Colbert n'avait aucunement envie de cacher plus longuement à sa Majesté ce qu'il semblait cacher. Le roy lui faisait confiance, et cette confiance se basait sur le fait que Colbert lui avait toujours tout dit. Même le plus mauvais. Et ce n'était pas aujourd'hui que cela changerait.

- Disons... qu'outre permettre d'assurer les joueurs d'aucune tricherie possible, ces hommes, des sortes de joueurs professionnels que l'Etat engagerait expréssément pour l'événement, des joueurs alors loyaux à l'Etat, pourrait comme... hum... contrôler les gains ?

Mauvais. Vraiment mauvais. Il n'aurait peut-être pas dû présenter les choses si directement. Mais comment donc les présenter différemment aussi ?

- Ou plutôt... hum... comment dire....

Qu'il était rare que Colbert cherche ainsi ses mots.

- Au lieu de laisser l'argent se perdre bêtement, nous pourrions permettre à l'Etat de conserver ses Louis... enfon son argent, se rattrapa-t-il fort maladroitement. Je connais certains courtisans - la Montespan pour ne pas la citer, eut-il envie d'ajouter - qui sont très friands de tels jeux mais qui sont aussi particulièrement de mauvais joueurs perdant alors des sommes astronomiques. Il serait dommage que ces sommes soient totalement perdu par l'Etat simplement pour des paris. Certes, des paris destinés au plaisir du Roy et des courtisans, concéda-t-il de suite, comme à contre-coeur. Mais perdu quand même. Or..

Une soudaine idée germa dans l'idée de Colbert. Une idée ô combien vicieuse et pernicieuse... mais une idée qu'il trouvait soudain géniallissime.

- Or cet argent perdu aurait pu servir à bien d'autres choses. Comme à la finition des canalisations et autres systèmes de fontaines... pour Versailles... insinua-t-il avec un fin sourire, se remémorant toutes les fois où le Roy et lui s'étaient disputés à ce sujet.

Pas assez de finances, selon Colbert. Pas assez d'envergure, selon le Roy. Et invariablement, les choses tournaient mal quand les fontaines étaient de la discussion. Mais si pour éviter des pertes d'argent trop phénoménales en une soirée de jeux, il fallait concéder des pertes d'argent étalées sur plusieurs semaines de travaux... A tout prendre, Colbert préférait la deuxième. Surtout si l'on songeait que de toute façon, un jour ou l'autre, il devrait bien trouver cet argent pour satisfaire cet énième caprice de Louis au sujet de maudites fontaines.

- Ces hommes permettraient en quelque sorte de regagner, ou tenter de regagner, l'argent perdu par ailleurs par l'Etat. Cela ne nuirait en rien au plaisir du jeu, et assurerait en même temps un... certain équilibre des caisses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Lanceur de rumeurs !
Lanceur de rumeurs !
avatar

Nombre de messages : 455
Date d'inscription : 17/03/2009
Age : 33
Localisation : Clichy (92)

Feuille de personnage
Âge du personnage: 32
Grossesse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   Jeu 3 Déc - 16:17

* Le Roy n'en revenit pas. Si il avait bien comprit ce que Colbert lui dit, il souhaiterait donc engager des joueurs profesionnels afin d'éviter que l'on perde de trop grosses sommes d'argent ? Non c'était hors de question. Ca gacherait tout le plaisir du jeux. *

- Allons Colbert vous n'êtes pas sérieux tout de même ?

* Louis le regarda avec un haussement de sourcil. Il touvait que l'idée de ne pas jouer réellement de l'argent était bonne mais celle d'engager des joueurs ne lui plaisait pas vraiment. Pas du tout même à dire vrai.*

- Dans se cas là ce ne serait plus aussi drôle. Je ne dis pas que perdre de l'argent et drôle que l'on se comprenne bien. Mais soit l'on joue sincèrement soit l'on joue pas du tout.

* Il imaginait la tête des personnes qui seraient là si elles en arrivaient à l'apprendre. Plus personne ne souhaiterait jouer et les jeux s'éteindraient définitivement. Ce qui d'après Louis arrangerait Colbert. Après tout il surveillait le moindre petit Louis d'or qui sortait des malles de l'état. Une chose était certaine, il faisait bien son travail.*

- Dans se cas là, vous voulez mettre definitivement fin aux jeux , je me trompe ?

* Il fixa Colbert comme si il voulait pouvoir lire dans ses pensées. Il fallait qu'il arrive à convaincre son ministre que surveiller les sommes d'argent que l'on mise d'accord si Colbert souhaitait mettre une limite soite. Mais Louis ne cèderait pas le reste.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/joannebacouni
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand il s'agit du trésor de l'Etat... [Louis XIV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Le château de Versailles: les intérieurs :: Les appartements Royaux :: Bureau du Roi-
Sauter vers: