L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interruption innoportune ? [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 35

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Interruption innoportune ? [Libre]   Ven 21 Aoû - 0:09

Pourquoi fallait-il donc que tous ces valets soient tous si incompétents ? Il leur avait dit pourtant qu’il ne participerait pas personnellement au repas du Roi ce jour, trop de tâches l’attendant par ailleurs. Alors pourquoi voyait-il son nom sur leur plan de table ? Mécréant sans nom qui ne savaient pas même répondre à une consigne si simple. Heureusement, qu’il venait de s’apercevoir de cet impair inconsidéré, car imaginez sinon la tête du Roi à la vue de son siège vide… Sans nul doute encore une crise à gérer par la suite. Sans comptez que lui-même aurait pu attendre longuement encore son déjeuner dans son bureau. Non, vraiment, tous n’étaient que des incapables outrageusement incompétents !

Et Colbert ne se gênait alors nullement pour faire savoir son humeur concernant cette erreur, monumentale, incommensurable même, selon lui, au pauvre valet qui venait d’oser apparaître à la porte de la grande salle. Et croyez-vous qu’il se serait arrêté pour donner ses consignes au pauvre malheureux ? Que nenni ! Il était un homme important lui, et occupé. Il avait donc continué son chemin, obligeant le valet à le suivre dans son sillage pour subir ses quolibets et sarcasmes en tout genre. Et en bon valet qui se respecte, ce dernier avait encaissé sans broncher ni même sourciller. Certainement encore un habitué de ses sautes d’humeur si coutumières pour qui le connaissait. Et finalement, le sermon prit fin alors qu’ils arrivaient au bas du grand escalier du hall d’entrée. Et Colbert daigna enfin libérer ledit valet, qui ne se fit pas prier pour prendre la poudre d’escampette et disparaître de sa vue.

Mais, alors qu’il croyait pouvoir lui-même retourner vaquer à ses occupations ministérielles et financières, Colbert eut la désagréable surprise de se faire interpeller. Retenant le soupir qui lui démangeait les lèvres, Colbert se retourna, offrant son air des mauvais jours à l’inopportun qui osait ainsi l’interrompre.


- Plaît-il ? Fit-il alors de sa voix grave et profonde, retenant difficilement l’agacement qui pouvait poindre en lui. Vous vouliez ? L’invita-t-il à continuer.

Puisqu’on l’avait interrompu, qu’on le fasse jusqu’au bout, tant qu’à faire. Il n’était plus à quelques minutes près, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 35

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Interruption innoportune ? [Libre]   Mar 1 Sep - 23:30

Ce cher Lully ! Ce cher et brillantissime Lully ! De tous, il fallut qu'il tombât sur Lully. Non pas que ce dernier l'importunait grandement. Du moins pas dans la plupart des cas. Mais à cet instant précis... Il avait déjà pris un sacré retard sur son programme, ma foi fort chargé, comme d'habitude. Remonter les bretelles de ces fainéants et incompétents de serviteurs avait été certes utile, mais cela avait eu le fâcheux désavantage de le retarder plus encore. A se demander si finalement il n'aurait pas mieux fait de se rendre à ce dîner en compagnie du Roy, comme ce nom mis sur la table avait bien failli l'y obliger, plutôt que de vociférer à tout va, réprimandant quiconque passait sous sa canne... qu'il n'avait pas encore, fort heureusement. Bref, tout ceci pour dire, que cette soirée était visiblement placée sous le sceau de la perte du temps. Le temps, ce temps si précieux, qui vous filait sous les doigts plus facilement encore que l'eau de Versailles...

Quelque part, mieux valait qu'il s'agisse de Lully que de quiconque autre. Le jeune homme, à l'esprit fantasque et plus que farfelu, le connaissait suffisamment pour ne pas trop soffusquer de sa possible mauvaise humeur. De toute façon, aux yeux de Lully, ce joyeux luron qui tenait parfois plus lieu de bouffon que de compositeur malgré le génie qui pouvait l'habiter, le Ministre devait être réputé pour être constamment de mauvaise humeur. Alors un soir de plus ou un soir de moins...


- Versailles lui-même pourrait paraître innoportun, à cet instant, cher Lully, répondit-il enfin à la salutation du jeune homme. Mis à part le Soleil, cela va de soi.

Se disant, une esquisse de demi-sourire vint effleurer les fines lèvres de Colbert tandis qu'il daignait s'avancer vers Lully.

- Mais vous semblez par contre de bien bonne humeur aujourd'hui encore, ajouta-t-il, préférant changer de suite de sujet avant que sa verve aiguisée ne s'exprime de façon trop blessante.

Et inutile de demander la réelle cause de cette joie presque outrancière qui animait Lully. Nul versaillais ne pouvait ignorer le succès incontesté, plus ou moins mérité, que connaissait le jeune musicien ces temps-ci.

[HJ : désolé, c'est court, mais décidément, j'arrive pa sà mieux là]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 35

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Interruption innoportune ? [Libre]   Jeu 17 Sep - 18:47

Sortir de ses préoccupations sempiternelles ? Comme s'il pourrait en sortir un jour... Entre un Roy plus que dépensier et dispendieux, des courtisans qui étaient bien pire que lui encore, des projets à foison qui lui vrillaient la tête et lui laissaient peu de temps pour dormir, des guerres à tout va qui ruinaient plus encore l'Etat... Il y avair de quoi devenir fou, il fallait en convenir. Et non, il ne pouvait sortir de ses papiers et de ses préoccupations. En même temps, cela n'entrait pas dans son rôle de sortir de ses préoccupations. Que du contraire... N'était-il pas là pour conseiller le Roy, gérer tous ces soucis de trésorerie à sa place et surtout décharger les épaules du Roy de toutes ces questions bien pragmatiques et parfois bien lourdes ? Si. Du moins était-ce ainsi, qu'il voyait sa condition de Ministre des Finances. Et c'était certainement ainsi que le voyait Louis, qui d'ailleurs lui donnait souvent carte blanche. Donc non, il n'était pas prêt d'en sortir.

- N'ayez donc aucune peine, cher ami, ceci fait partie intégrante de mon statut, n'est-ce pas ? Et je ne m'en plains aucunement.

Ce qui était vrai. Il ne se plaignait pas d'être submergé de travail, mais de ne pas avoir suffisamment de temps pour faire front à tout aussi vite qu'il l'aurait voulu. Un bourreau de travail, disaient certains en parlant de lui. Et pour le coup, il ne pouvait réellement leur donner tort. Bien entendu, sa question présente n'était purement que rhétorique, et il savait l'autre homme assez intelligent pour ne pas y répondre. D'ailleurs, déjà Lully partait sur un autre sujet. Sur son bonheur d'être à la Cour et de si bien briller en somme. Et oui, Colbert devait lui concéder ce point, les rayons du soleil qui redorait la peau encore bien juvénile de Lully, lui seyaient bien.

- D'aller encore plus haut et plus près de la Lumière ? Proposa Colbert quand l'autre demanda ce qu'il pouvait réclamer de plus.

Le tout d'un sourire mi amusé mi ironique. Mais ni mesquin ni jaloux. Si Colbert connaissait bien la jalousie, ce ne serait pas auprès d'un musicien et d'un compositeur tel que le jeune homme. Ce dernier avait effectivement un talent indéniable et pour son art et pour la vie, et jamais Colbert ne l'avait encore jalousé. Pourquoi donc d'ailleurs ? Ils jouaient tous deux sur des tableaux totalement différents... L'un et l'autre ne pouvaient réellement se marcher sur les pieds. Par contre ils pouvaient marcher en rythme auprès du Roy, et composer à eux deux une symphonie inégalée de majesté et de puissance...

- Mais si je puis vous donner un conseil, jeune homme, c'est de ne jamais sous-estimer vos adversaires. Quand bien même ils seraient à terre... Allez savoir si l'un d'eux ne parviendra pas un jour à se relever.

Se disant, Colbert avait repris sa marche, Lully à ses côtés. Puisqu'il y était, autant qu'il jette un oeil aux préparatifs et qu'il vérifie que les dépesnes n'allaient pas dépasser ce qui était prévu. Temps perdu, pour temps perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Baptiste Colbert
Premiers pas à la Cour
Premiers pas à la Cour
avatar

Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 35

Feuille de personnage
Âge du personnage: 51 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Interruption innoportune ? [Libre]   Lun 16 Nov - 2:22

Colbert ne put que sourire à la réponse de Lully. Se brûler au Soleil... Oui, voilà bien le risque que tous encouraient à vouloir trop s'approcher de lui. Il n'y avait que quand le Soleil vous approchait de lui-même que vous risquiez moins de brûlures. Et encore. Et après on s'étonnait que le ministre préfère sa soeur jumelle lunaire... Bien plus douce, bien plus calme, bien moins agressive... et pas forcément si faible qu'on le disait. Mais c'était tout autre chose.

- Vous avez raison, concéda alors Colbert en un sourire légèrement moqueur, bien que dénué de son cynisme habituel. Il serait bien difficile de s'y approcher plus encore sans s'y brûler définitivement les ailes.

Et vint alors la conversation sur les ennemis à terre de Lully. Le jeune homme avait eu effectivement pas mal d'ennemis, d'envieux et autres qui avaient brigué sa place de plus en plus proche du Roy. C'était là le lot de toute personne qui sapprochait de ce pouvoir et de cette puissance incarnés. Colbert avait lui aussi connu ça. A la différence que pour sa part, il était plus difficile de réellement évincer tous ses adversaires... de un parce qu'en politique, évincer purement et simplement des adversaires comme l'avait fait Lully avec les siens était guère possible, et de deux parce que Colbert en avait peut-être plus encore. En effet, Lully avait au moins pour lui sa joie de vivre, sa gaieté preqque perpétuelle frôlant l'insolence insouciante qui ravissait nombre de coeurs à la Cour, mais aussi cette chance inouïe qui semblait germer sans cesse dans son sillage. Colbert n'avait pour sa part aucun de ses atouts. Non pas qu'il s'en plaignait, mais ceci expliquait cela. Le ministre était quelqu'un de sévère, de strict, qui aimait la rigueur et l'honnêteté, la fidélité et la foi. Forcément ces préceptes peu propices à un quelconque amusement n'allait pas l'aider à se faire des amis ou des alliés. Des ennemis, il en connaissait donc un grand nombre. Et même si nombre d'entre eux étaient déjà évincés, comme un certain Fouquet, d'autres, comme un certain Chalais, pouvait s'avérer plus vicieux et plus dangereux encore...

- Certes, certes, répondit-il alors quand le jeune homme lui parla de ses ennemis à terre. Gardez simplement ce petit conseil en tête. un conseil d'ami, si vous le souhaitez, un conseil venant d'un homme d'expérience.

Et un regard lourd de sens vint appuyer ses dires. Colbert avait effectivement l'expérience pour lui face à la fougue virevoltante de Lully. Quelque part, aussi contraires puissent-ils paraître, ils étaient aussi complémentaires.

- Mais trêve de sombres complots, coupa-t-il, clôturant ainsi cette discussion qui pouvait partir sur des terrains bien trop glissants à son goût. Quels sont docn vos projets pour ce soir ? Nous avez-vous réservé une autre surprise dont vous seul semblez en avoir le secret ?

Car oui, contrairement à ce qu'on pouvait penser, Colbert s'intéressait de près aux frasques du jeune homme et surtout aux surprses souvent grandioses que Lully savait créer pour le Roy. Lui-même se plaisait assez souvent à écouter les opéras et autres créations de ce compositeur hors paire. Car oui, il travaillait comme un acharné, mais non il ne se coupait pas du monde non plus, loin de là même.

[HJ : décidément mes RPs sont très courts ces temps-cI. Si quoique ce soit ne t'allait pas, tu connais la chanson. Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interruption innoportune ? [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interruption innoportune ? [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Le château de Versailles: les extérieurs :: L'entrée, La Place d'armes et La Cour de Marbre-
Sauter vers: