L'Affaire des Poisons

1670, entre Messes Noires et sombres complots, pénétrez la plus effroyable affaire de tous les temps !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alban Delalande
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 28

Feuille de personnage
Âge du personnage: 25 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]   Dim 19 Juil - 23:56

*Comme le Roi le lui avait demandé, Alban s'était empressé de commencer son enquête à propos de la mort mystérieuse de Mlle de Nemours. Comme il l'avait deviné, la chose n'avait rien d'aisée. Pensez-vous donc... il était des choses que les gens préféraient taire. Il n'était pas le bienvenu, le moment de dire à voix haute tout le mal que l'on pensait de la pauvre victime. Ca non... A moins de vouloir figurer en première place de la liste des suspects qui pour le moment se réduisait à Versailles tout entier. Pour le Sergent Delalande, la chose était simple : il devait trouver un élément auquel s'aggripper pour ensuite dénouer le fil de cette sombre affaire. Car il ne se leurrait pas, et Versailles non plus. La pauvre Mlle de Nemours n'était pas morte de maladie, elle qui resplendissait de santé quelques jours avant le drame. Ni de vieillesse... si jeune, si douce et si belle... Alban avait eu l'occasion d'examiner son corps. Pas de marque apparente, comme il s'en était douté. Ce n'était pas un accident. Que peut-il arriver dans un lit à une heure aussi avancée de la nuit. La rumeur était sur toutes les lèvres de tous les gens de Versailles. "Poison".
Voilà un mot courant, ces temps-ci. Cela en était affolant. C'était comme si ce moyen était devenu la nouvelle mode des gens de Versailles et de Paris tout entier. Combien de personnes étaient venues les trouver, eux, simples policiers, pour affirmer avoir été témoin ou victime d'une tentative de ce genre. Ils avaient même du mal à distinguer le vrai du faux. Mais pour une histoire comme celle de Mlle de Nemours, dans un lieu aussi prestigieux, et devant tant de gens, le doute n'était pas possible. Certes, le poison était impliqué, mais qui donc était celui ou celle qui avait fait avaler ce poison à cette pauvre femme ? C'était ce qu'il devait trouver.

On lui avait indiqué de se rendre chez Angélique de Laubespin. Une gentille jeune femme, lui avait-on dit, incapable du moindre mal, mais qui avait été proche de la victime. S'il y avait quelque chose à savoir à propos de Mlle de Nemours, alors cette dame saurait sans doute y répondre. Alors il devait essayer. Il avait pris contact avec elle et avait demandé une entrevue.
Alban ne s'attendait pas à rencontrer une personne aussi charmante. Encore une fois, sa situation lui fut rappelée avec une courtoisie pourtant saisissante qui le fit s'incliner dès qu'il l'eut vue. Puis il la suivit jusqu'au salon, mais attendit avant de s'asseoir. Il inclina encore une fois la tête puis consentit à répondre.*


- Je vous remercie tout d'abord de bien avoir voulu me recevoir, Mademoiselle. Bien que je sois gêné de venir ici pour vous demander des renseignements qui pourraient vous embarrasser. Auquel cas, je m'en excuse par avance. Mais je ne fais que mon métier.

*Il s'assit calmement, inspira un bon coup comme s'il allait devoir s'élancer dans une course, puis en la regardant, il continua son discours.*

- Je voulais vous poser quelques questions concernant la mort tragique mais néanmoins suspecte de Mlle de Nemours l'autre nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alban Delalande
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 28

Feuille de personnage
Âge du personnage: 25 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]   Ven 24 Juil - 14:20

*Alban se détendait un peu plus au fur et à mesure que les minutes passaient. Il fallait dire qu'il avait su acquérir un certain talent pour vite s'accoutumer à tel ou tel milieu, ce qui était toujours utile en cas de filatures ou d'enquêtes discrètes, ses activités que nous qualifierions de favorites. Cependant, il avait un peu plus de mal en ce qui concernait rencontrer des personnes de la haute société au château de Versailles. C'était un endroit qui n'avait rien à voir avec la rue. Ici, un seul pas de travers et vous deveniez la cible des quolibets pour un temps proportionnel à la gravité de votre faute, parfois moins quand un autre malheureux venait à en produire une autre. Non pas qu'Alban soit vraiment intéressé par la réputation qu'il pouvait avoir auprès des courtisans - on s'était déjà assez moqué de lui en voyant ses vêtements modestes et les quelques mèches rebelles qui refusaient de se plier au reste de ses cheveux - mais il avait une mission importante commandée par le Roi lui-même et il fallait obtenir des résultats. De bons résultats.

Mlle de Laubespin lui sembla tout de suite charmante. Au premier regard, elle n'avait rien à voir avec la sulfureuse Madame de Montespan, qu'il avait déjà interrogé. Autant Madame de Montespan jouait de son charme comme d'une carte que l'on abat pour renverser la partie à son avantage, autant Angélique semblait discrète et si un obstacle se présentait devait elle, il supposait qu'elle devait l'éviter en toute subtilité. Il ne remarqua même pas le rapide examen que la demoiselle venait de mener à son égard. Pourquoi s'en serait-il méfié, d'ailleurs ? Elle n'avait pas l'air d'une personne dangereuse ou d'une empoisonneuse éventuelle. Si il avait su...
Il la remercia à ses paroles et sortit de sa poche son habituel carnet et son crayon de charbon. Les outils du parfait enquêteur pour noter tous les petits détails, faire des croquis... Un outil qu'Alban gardait toujours près de lui. Il ne fallait pas que ces informations traînent n'importe où. D'ailleurs, il les recopiait chez lui, les cachait quelque part, et brûlait au fur et à mesure les pages de son carnet. Ainsi, il était tranquille quant à la sauvegarde de l'avancée de son enquête.*


- J'essaierai de ne pas être long. Je ne voudrais pas abuser de votre temps, vous aviez sans doute prévu de voir quelqu'un d'autre après moi et je ne voudrais pas vous embarasser.

*Il s'assit correctement, dans la position qu'il jugeait la plus efficace pour prendre ses notes, tout en observant le visage d'Angélique. Alban n'était pas dupe : les gens pouvaient mentir. Il notait donc toute expression ou signe qui aurait pu révéler l'apparition desdits mensonges : un regard fuyant, une rougeur inhabituelle, et pourquoi pas quelques tics particuliers ? Il s'aclaircit la voix avant de commencer.*

- Je voudrais en apprendre un peu plus sur l'entourage de Mlle de Nemours. Celui ou celle qui lui a fait ça ne devait pas l'avoir dans son coeur. Lui connaissiez-vous des ennemis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alban Delalande
Courtisan de salon
Courtisan de salon
avatar

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 28

Feuille de personnage
Âge du personnage: 25 ans
Grossesse:
0/9  (0/9)

MessageSujet: Re: Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]   Lun 26 Oct - 13:28

[HJ : Je m'excuse platement pour le retard...]

*Alban se sentait de plus en plus à l'aise, aussi étonnant que tout cela puisse paraître. Il commençait à se sentir dans son élément. Même le plus simple des petits interrogatoires avait son importance. Le moindre détail pouvait permettre de mettre fin à une enquête. La Reynie lui avait fait part de sa propre expérience. Une histoire assez étrange en réalité, qu'Alban avait eu de mal à croire. Un homme qui avait été arrêté, juste pour une histoire de sucre... Il n'avait pas très bien compris, et à son humble avis, on s'était bien moqué de lui. Mais le principe du simple détail, il y croyait. Et il avait hâte de le mettre en pratique. Cependant, il ne connaissait pas assez bien Angélique pour l'appliquer.
Il ne trouva rien de suspect à ses expressions. Elle semblait peinée par la disparition de cette pauvre Madame de Nemours. Alban ne l'avait qu'entraperçu, et malgré l'expression de souffrance qui s'étendait sur son visage, il s'était dit qu'elle devait être une jeune femme charmante, et agréable à connaître... Hélas, cela ne se ferait pas. Il regarda Angélique et inclina la tête.*


- Je vous remercie. Je vous avoue que je ne suis pas un familier de la Cour, et que je ne voudrais pas faire quelque chose de travers. Je sais que les pas de chacun sont observés... Et je ne voudrais pas que l'on me donne une réputation que je n'aurai pas jugé bon de mériter.

*Mais mieux valait ne pas s'étaler sur ce sujet. Il aurait le temps de parler de ses malheurs à ses collègues de la police.
Il retint un soupire à la première phrase. Comme il le doutait, pas d'ennemi direct. Qui pouvait vouloir du mal à quelqu'un comme Marie de Nemours ? Inconcevable... Pour lui, en tout cas. Mais la Madame de Laubespin en savait sans doute plus et connaissait mieux le sujet de la Cour que lui-même. Ce fut pour cela qu'il ne perdit pas une seule de ses paroles, son crayons courant sur les pages de son carnet. Son visage s'était renfermé. Il réfléchissait et pesait le poids de chaque hypothèse.*


- Cela se tient, en effet... Dès que je sors, je demande à mes homologues de vérifier vos dires concernant la succession... Et... non, merci. Ma prise de note me convient pour le moment. J'ai l'habitude.

*Il lui adressa un léger sourire, puis pensa à cette histoire d'empoisonnement raté. Autre hypothèse à ne pas négliger.*

- Savez-vous qui dînait avec Madame de Nemours ce soir-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous désirez, monsieur ? [Alban Delalande]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monsieur D'Erlon, je vous attends de pieds fermes!!!!!
» Evans Paul , retirez-vous !
» MONSIEUR L'ADMINISTRATEUR RECTIFIER JE VOUS PRIE, CES ASSERTIONS MENSONGÈRES
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» monsieur Jambou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Affaire des Poisons :: Le château de Versailles: les intérieurs :: Les appartements des Courtisans :: Appartement d'Angélique Laubespin-
Sauter vers: